Coronavirus : il faut "s'assurer que le matériel médical puisse être disponible partout en Europe", estime le président du Conseil européen

Une vidéoconférence avec l'ensemble des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne est prévue mardi en fin d'après-midi. Charles Michel promet que Bruxelles fera "preuve de flexibilité budgétaire maximale" face à cette "situation extrême".

Le coronavirus, \"une crise probablement sans précédent pour l\'Union européenne \", selon le président du Conseil européen, Charles Michel (photo d\'illustration, le 16 mars 2020 à Bruxelles (Belgique).
Le coronavirus, "une crise probablement sans précédent pour l'Union européenne ", selon le président du Conseil européen, Charles Michel (photo d'illustration, le 16 mars 2020 à Bruxelles (Belgique). (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

"Nous travaillons avec le commissaire européen [au Marché intérieur] Thierry Breton pour s'assurer que le matériel médical dont on a besoin, les masques, ce qui est nécessaire pour pouvoir tester les patients potentiels, les équipements pour les professionnels de santé, puissent être disponibles partout en Europe", a affirmé le président du Conseil européen Charles Michel, mardi 17 mars sur France Inter, à propos de la lutte contre l'épidémie de coronavirus Covid-19."Et ce n'est pas simple", a-t-il souligné.

"Des décisions ont été prises tout au long du week-end sur ce sujet, par exemple pour ne pas permettre des exportations en dehors de l'Europe sans qu'il y ait des autorisations qui soit données", a indiqué Charles Michel.

Une "volonté commune", une "cohérence" nécessaire

Le président du Conseil européen a reconnu qu'il était "plus compliqué de se mettre d'accord à 27 que lorsque l'on peut décider seul". Mais selon lui, "l'approche globale qui apparaît depuis quelques jours est très largement commune". "Cette volonté commune dans tous les pays européens de ralentir la propagation est présente", notamment sur "cette question de l'équipement médical". "C'est extrêmement urgent et nous entendons bien l'appel dans les hôpitaux, l'appel des médecins qui sont en première ligne (…) C'est pour cela que, depuis la semaine dernière, des commandes européennes ont été lancées afin que du matériel médical puisse être mutualisé entre les différents pays."

Alors que le Premier ministre des Pays-Bas a exclu lundi tout confinement total de la population, contrairement à la France, l'Italie ou l'Espagne, Charles Michel a estimé qu'il fallait "faire en sorte qu'il y ait de la cohérence sur le plan européen". Une vidéoconférence avec l'ensemble des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne est prévue à 17 heures.

"La possibilité d'utiliser la flexibilité dans les budgets nationaux"

C'est "une crise probablement sans précédent pour l'Union européenne et pour le monde, sans précédent par sa nature, par son ampleur, en raison des incertitudes qui sont engendrées", a souligné le président du Conseil européen.

Cela nécessite que l'on soit très déterminés politiquement à faire tout ce qui est nécessaire, tout ce qui est indispensable pour faire reculer cette menace, pour remporter cette bataille.Charles Michel, président du Conseil européenà France Inter

Charles Michel a notamment évoqué "la possibilité d'utiliser la flexibilité dans les budgets nationaux pour permettre aux États de dégager les moyens publics qui seront nécessaires". "Les entreprises vont souffrir beaucoup, particulièrement les petites et moyennes entreprises", a-t-il souligné. Interrogé sur le respect par les États membres de la règle des 3% de déficit, le président du Conseil européen a affirmé que Bruxelles "ferait preuve de flexibilité budgétaire maximale" face à cette "situation extrême".