Coronavirus : faut-il dépister massivement ?

Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, compte faire tester un million d’habitants de sa région entre le 16 et le 23 novembre au Covid-19. Une démarche qui relance la question du dépistage massif. 

Depuis des mois, c’est un balai incessant, qui tient en quatre lettres : test. Plus de deux millions d’entre eux au Covid-19 sont réalisés chaque semaine, sans pouvoir freiner la propagation du virus. Certaines veulent organiser un dépistage de grande envergure, à l’échelle d’une ville, une région ou même d’un pays. Faut-il tester en masse ? La question fait débat.

La région Rhône-Alpes envisage le test de masse

L’idée est déjà lancée dans la région Rhône-Alpes, avec ses huit millions d’habitants. C’est la région la plus touchée par la seconde vague du coronavirus. Une campagne massive de tests antigénique gratuite et sur la base du volontariat est envisagée. Le but est de sauver Noël. "L’objectif est de tester le plus de monde possible car plus on aura fait une photographie en une semaine de notre région et de nos habitants, plus on va pouvoir casser la transmission du virus dans notre région", explique Laurent Wauquiez, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Centre de depistage gratuit du Covid-19 dans un laboratoire itinérant, dans le 15eme arrondissement de Paris, le 22 septembre 2020.
Centre de depistage gratuit du Covid-19 dans un laboratoire itinérant, dans le 15eme arrondissement de Paris, le 22 septembre 2020. (BENOIT DURAND / HANS LUCAS / AFP)