Coronavirus et municipales : un premier scrutin annulé en Haute-Savoie

Les élections municipales ont eu lieu en pleine crise du Covid-19. À La-Balme-de-Sillingy (Haute-Savoie), le scrutin vient d'être annulé jeudi 17 septembre.

France 2

La-Balme-de-Sillingy, en Haute-Savoie, a été l’un des premiers foyers de contamination. Plusieurs candidats ont d’ailleurs contracté la Covid-19, dont le maire (SE) sortant, qui a déposé un recours. S’il a perdu la mairie dès le premier tour, François Daviet estime qu’il n’a pas pu faire campagne. “Je pense que lorsque l’on a 26 colistiers confinés, c’est un point important. Personne n’a pu s’exprimer”, analyse-t-il.

L’idée de revoter divise

Le tribunal administratif de Grenoble (Isère) vient d’annuler le scrutin, jeudi 17 septembre. Il appuie sa décision sur le fait, qu’au moment du vote, “de nombreux électeurs étaient soient hospitalisés, soit isolés à domicile”. Selon lui, le taux d’abstention de 60,37% est imputable à la crise sanitaire. Élue avec 61 voix d’écart, Séverine Mugnier (SE) se défend d’avoir été favorisée par le contexte sanitaire. “On n’a pas pu faire campagne, on n’a pas pu faire de réunions publiques…”, estime-t-elle. Et dans cette petite ville de 5 000 habitants, l’idée de revoter divise. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme vote lors du premier tour des élections municipales à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 mars 2020.
Une femme vote lors du premier tour des élections municipales à Nice (Alpes-Maritimes), le 15 mars 2020. (ARI? BOTBOL / HANS LUCAS / AFP)