Cet article date de plus de quatre ans.

Coronavirus Covid-19 : la fin de certaines mesures d'éloignement des élèves "questionne" les parents et les syndicats

Des représentants de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public et du syndicat des personnels de direction de l'Education nationale étaient invités de franceinfo lundi matin. 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des élèves dans une salle de classe.  (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Le ministère de l'Éducation nationale a pris de nouvelles consignes pour limiter la propagation du coronavirus Covid-19 en France. Si certaines écoles comme dans le Morbihan ou dans l'Oise vont rester fermées, des élèves qui reviennent de zones à risques vont pouvoir retourner dans leur salle de classe puisque toutes les quarantaines d'élèves et de personnels de retour de l'étranger, hors province du Hubei en Chine sont levées. Ces changements "questionnent", a réagi le syndicat des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN) lundi sur franceinfo.

Des inquiétudes sur les changements de consigne

La fin de l'isolement pour les élèves qui reviennent de zones à risques inquiète les parents d'élèves, a réagi Hubert Salaün, porte-parole de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public (Peep) sur franceinfo : "Ce qui était interdit avant devient autorisé aujourd'hui alors que la situation semble plus grave."

"Il y avait une forme de logique à éloigner des élèves ayant pu être en contact avec des zones contaminées, a expliqué sur franceinfo Philippe Vincent, secrétaire général du Syndicat des personnels de direction de l'Education nationale. Le fait qu'ils ne le soient plus maintenant parce que le virus circulerait déjà en France me questionne". L'explication donnée sur le passage du stade 1 au stade 2 de l'épidémie, et qui entraîne des modifications des mesures d'éoignement, lui paraît "un peu subtile". 

"Ne cherchez pas à discuter. Appliquer les consignes"

La Peep et le SNPDEN s'accordent toutefois sur le fait de faire confiance au gouvernement.a nous paraît effectivement assez transparent et assez réactif", a estimé Philippe Vincent. Pour la Peep, l'exécutif pourrait cependant faire plus de pédagogie"On voit que l'information se construit en permanence et que les décisions doivent être prises, a commenté Hubert Salaün. Ce qu'on dit aux parents : 'Ne cherchez pas à discuter. Appliquer les consignes'. C'est le plus simple"'. 

Le porte-parole de la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public salue la décision d'annuler les sorties scolaires : "C'est sans doute une décision qui s'impose dans la mesure où il y a trop d'incertitudes pour savoir ce qu'il va être fait. Cela va au moins calmer une angoisse au niveau des parents. Les voyages scolaires, ce n'est pas ce qu'il y a le plus important"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.