Cet article date de plus de trois ans.

Coronavirus : à scooter au chevet des malades

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Coronavirus : à scooter au chevet des malades -
Coronavirus : à scooter au chevet des malades Coronavirus : à scooter au chevet des malades - (France 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2

À partir de quand une gêne respiratoire nécessite-t-elle, ou non, une hospitalisation ? La téléconsultation via le 15 est une solution, mais pas toujours. L’association SAUV Life, qui travaille avec le Samu, se propose de venir chez vous pour mesurer votre taux d’oxygène dans le sang.

C’est une nouvelle arme contre le coronavirus Covid-19 : des scooters. Devant le Samu de Paris, une équipe de soignants est prête à partir au chevet des malades. Le 15 vient de recevoir un appel d’urgence. Les difficultés respiratoires de la mère de famille sont inquiétantes. Olivier Maillet, infirmier, se rend sur place en scooter. À l’origine, ces scooters ont été pensés et équipés par l’association SAUV Life pour amener des défibrillateurs auprès des victimes de crises cardiaques dans Paris embouteillé. À l’heure du Covid-19, dans les rues désertées, il permet à un soignant de se rendre chez un malade rapidement, sans mobiliser une équipe du Samu.

Plus de 130 interventions en dix jours

Olivier Maillet, qui a lâché son métier d'infirmier il y a quelques années, s’est porté volontaire. Il a vite retrouvé ses réflexes de soignant. L’infirmier va pouvoir examiner la patiente et mesurer son taux d’oxygène. Autant d’éléments qu’il peut ensuite transmettre au médecin régulateur du Samu. Olivier Maillet reste jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, qui vont accompagner la mère de famille à l’hôpital. Depuis le début de l'expérimentation il y a dix jours, les scooters sont sortis plus de 130 fois. Les soignants, tous bénévoles, sont dentistes, pédiatres ou étudiants en médecine. L’association SAUV Life espère que les scooters resteront utilisés après l’épidémie pour l’aide médicale d’urgence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.