Report des régionales à juin 2021 à cause du Covid-19 : une proposition jugée "raisonnable" par des responsables de droite

Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel, recommande, dans un rapport, un report de trois mois du scrutin en raison de l'épidémie de Covid-19. Damien Abad, patron du groupe LR à l'Assemblée nationale, et Dominique Bussereau, président de l'Assemblée des départements de France, estiment que c'est un bon calendrier.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un bureau de vote à Marseille, le 28 juin 2020.  (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Reporter les élections régionales et départementales de mars à juin "me paraît raisonnable", a déclaré vendredi sur franceinfo Dominique Bussereau (ex LR), président de l'Assemblée des départements de France, après la proposition faite par l'ancien président du Conseil Constitutionnel Jean-Louis Debré de décaler le scrutin de mars 2021 à juin 2021, en raison de l'épidémie du Covid-19. Le Premier ministre a annoncé que le gouvernement soumettra au Parlement un projet de loi en ce sens.

Le problème des comptes de campagne

Dominique Bussereau salue la réaction réaction rapide des autorités : "C'est bien que le gouvernement n'ait pas tergiversé, en l'occurrence qu'il n'ait pas mis 8-15 jours pour le dire. Trois heures après, ça, c'est une réaction claire, la démocratie a besoin de transparence". Selon lui, des leçons ont été tirées des dernières élections municipales (reportées de mars à juin 2020) : "Il vaut mieux prévoir les choses à l'avance, plutôt que de les improviser, comme on a fait au printemps dernier.  

Le président de l'Assemblée des départements de France appelle cependant l'éxécutif à être vigilant sur "le problème des comptes de campagne, des procurations, de la campagne électorale." "Dans l'hypothèse où des candidats auraient déjà engagé des dépenses, il faut que ces dépenses puissent être prises en compte dans un nouveau plafond augmenté des milliers d'euros déjà engagé. Ce problème-là, qui est simple à régler par la loi, a été réglé au mois de juin", explique-t-il.

"Retisser le lien avec les Français"

Damien Abad, député de l'Ain, président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, juge également que le mois de juin 2021 est "un délai raisonnable" pour les élections régionales et que cela permettra de "retisser le lien avec les Français".

"Il y a une crise sanitaire, il y a une crise économique majeure, il y a des enjeux de sécurité. Les Français n'ont pas la tête aux élections, ni départementales, ni régionales. Et je n'aime pas les élections sans campagne."

Je pense qu'il faut aller au contact, en proximité, être sur le terrain et donc par respect pour les Français, il fallait effectivement trouver une solution.

Damien Abad

à franceinfo


Dans son rapport, Jean-Louis Debré demande au gouvernement d’"envisager" le "développement" du vote par correspondance. Damien Abad dit avoir des réserves sur le sujet : "Je ne veux pas que le scrutin soit entaché d'opérations de fraudes ou, en tout cas, de soupçons de fraudes. Le vote par correspondance est interdit en France justement parce qu'il y avait des soupçons de fraude". Le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale pointe aussi le risque d'un "vote communautaire".

Damien Abad estime en revanche qu'il faut "faciliter" le vote par procuration. "Moi, je suis favorable à la double procuration dématérialisée sur Internet, de manière à ce qu'on n'ait plus besoin d'aller en gendarmerie pour faire cette procuration. Cela évite qu'on ait un engorgement des bureaux de vote", un électeur pouvant voter pour deux personnes et non une seule comme le prévoit actuellement la loi."C'est facile à mettre en place et facilement contrôlable. C'est au-delà de tout soupçon de fraude, à condition que cela soit fait dans la même commune bien entendu", affirme le député de l'Ain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.