Crise économique : de plus en plus de loyers impayés

Le seconde confinement pourrait aggraver la situation des plus précaires. De nombreuses personnes peinent à payer leurs loyers : en octobre, les impayés ont doublé, rapporte France 2, mercredi 11 novembre. 

Ils sont étudiants, indépendants ou employés à domicile, et la crise les empêche de payer leur loyer. "J’ai dû payer qu’une partie de mon loyer pour pouvoir continuer à me payer à manger. C’est malheureux à dire mais je préfère manger que payer mon loyer… C’est simple, j’ai honte", confesse un jeune diplômé d’un école de commerce, qui loue un appartement à 750 euros par mois à Paris. Les consultations pour retard de paiement sont en hausse de 15% depuis le mois de septembre. 

Des aides pour les plus modestes 

L’entreprise de Thomas Reynaud, qui se porte garante pour les locataires, indique également que les dossiers pour loyers non-payés ont doublé au mois d'octobre. "Actuellement on les constate principalement en dehors de la capitale et en dehors des grands centre-villes, donc dans les régions où on pense que le télétravail est moins facilement déployé", explique-t-il. Le ministère du Logement indique que certaines aides exceptionnelles ont été débloquées par Action Logement : jusque 300 euros pour les plus modestes et 900 euros pour les demandeurs d’emploi. 

Le JT
Les autres sujets du JT
La taxe d\'habitation doit être supprimée pour l\'intégralité des ménages à l\'horizon 2023, mais cette échéance pourrait finalement être différée d\'un an ou deux.
La taxe d'habitation doit être supprimée pour l'intégralité des ménages à l'horizon 2023, mais cette échéance pourrait finalement être différée d'un an ou deux. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)