Covid-19 : "À la fin du mois, la moitié des pharmacies feront des tests antigéniques", estime le président de l’Union syndicale des pharmaciens

"On commence à avoir des ruptures d'approvisionnement sur ces tests", alerte Gilles Bonnefond, le président de l'USPO.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pharmacie propose des tests antigéniques de dépistage contre le Covid-19, Avignon (Vaucluse), le 3 novembre 2020. (MARIE-AUDREY LAVAUD / FRANCE-BLEU VAUCLUSE)

Plus rapides que les tests PCR, les tests antigéniques sont accessibles en pharmacie depuis le 26 octobre. "À la fin du mois, la moitié des pharmacies" pourront réaliser ce type de dépistage, a déclaré vendredi 6 novembre sur franceinfo Gilles Bonnefond, le président de l’Union syndicale des pharmaciens d'officine (USPO), pharmacien à Montélimar. Pour le moment, "10% des pharmacies ont commencé à réaliser ces tests dans les trois premiers jours" de leur déploiement, a-t-il précisé.

Des ruptures d'approvisionnement

"On commence à avoir des ruptures d'approvisionnement sur ces tests", a signalé le pharmacien, pour qui la participation de sa profession au dépistage est "un enjeu stratégique pour le déconfinement" et qu'il "faut multiplier les sites où on peut faire des tests".

Gilles Bonnefond a rappelé qu'il n'y a "pas besoin d'ordonnance" pour se faire dépister au Covid-19 en pharmacie mais qu'il "faut prendre rendez-vous". Les modalités pour réaliser des tests antigéniques sont exigeantes pour les pharmaciens, qui doivent s'installer "dans un lieu spécifique, isolé, et éviter que les patients ne se croisent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.