CHU de Toulouse : priorité au Covid-19

Crise du coronavirus oblige, le CHU Purpan de Toulouse (Haute-Garonne) fait face à des mesures exceptionnelles : il ne traite plus les soins mineurs. L’établissement de santé doit faire face à une recrudescence de son activité, en lien avec la reprise de l’épidémie.

Depuis le samedi 26 septembre, le CHU Purpan de Toulouse (Haute-Garonne) a pris une décision majeure : les petites plaies et entorses n’y seront plus soignées. "Les patients ne sont pas refusés. Ils sont juste orientés aux bons endroits", explique la professeure Sandrine Charpentier, chef du service Urgences. Le but est de laisser la place aux patients Covid-19, qui sont au nombre de 10 à 20 entrées par jour. 

Le plan "Hôpital en tension" activé

Les urgences ont rouvert un secteur dédié, comme l’heure de la première vague. "L’hôpital était vide, les patients ne venaient plus, donc nous n’étions que concentrés sur le Covid-19. Ce qui a changé aujourd’hui, c’est qu’il faut tout traiter", détaille Sandrine Charpentier. Au service des maladies infectieuses, près de la moitié des lits sont occupés par des malades du coronavirus. Le CHU a activé le plan "Hôpital en tension", et jusqu’à 20% des actes non-urgents sont reportés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des lits dans un hôpital de Metz-Tessy en Haute-Savoie, le 4 janvier 2017.
Des lits dans un hôpital de Metz-Tessy en Haute-Savoie, le 4 janvier 2017. (MAXPPP)