Belgique : les villages frontaliers désormais déserts

L’épidémie de coronavirus a modifié le profil des consommateurs dans le village de Bizet (Belgique), situé à la frontière française. Explications.

France 2

En Belgique, dans le village du Bizet, les commerces étaient presque exclusivement fréquentés par des Français, attirés par des prix plus compétitifs, avant la crise du coronavirus. Depuis le mois de mars, les clients ont simplement disparu. La frontière est presque invisible, mais bel et bien fermée. Le village de 3000 habitants s’est endormi. "C’est la première fois depuis 40 ans que la frontière est fermée", raconte un habitant.

Une amende de 250 euros

-30% de chiffre d’affaires ont été observés pour le pharmacien, -90% pour le chocolatier. Même les grandes enseignes ont dû fermer certaines boutiques. Les rares enseignes qui restent ouvertes, comme le tabac, sont presque vides. Le constat est le même pour le magasin de bière. Le propriétaire a même été contraint de fermer certains après-midi, faute de clients. "Les Français représentent 95% du chiffre d’affaires dans le magasin, c’est compliqué", rapporte un salarié. En cas de dépassement de la frontière, les Français s’exposent à une amende de 250 euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un contrôle de police à la frontière franco-belge, le 26 mars 2020, près de Lille.
Un contrôle de police à la frontière franco-belge, le 26 mars 2020, près de Lille. (SYLVAIN LEFEVRE / HANS LUCAS / AFP)