Loi Evin : les députés assouplissent les règles de publicité sur l’alcool

Les députés ont adopté mardi soir un amendement pour distinguer information et publicité sur l'alcool. Il vise à mettre plus facilement en valeur l'œnotourisme et les terroirs viticoles français mais certains craignent qu’il ne libère complètement la publicité sur l’alcool.

(Image d'illustration ©maxPPP)

Les députés ont adopté largement mardi soir, à 102 voix contre 29, un amendement polémique qui va permettre de distinguer information et publicité sur l'alcool. La publicité sur les vins et les spiritueux est aujourd'hui très encadrée, par la loi Evin. Mais avec cet assouplissement, il sera plus facile de parler de vin dans les médias sans risque juridique.

A LIRE AUSSI ►►► Publicité sur l'alcool assouplie : la ministre de la Santé est "en colère"

Pour les viticulteurs, ce sera l'occasion de mettre en avant leur savoir-faire, leur terroir, de développer l'œnotourisme. Ce sont les arguments développés par le lobby du vin et par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, qui est favorable à une mesure qui permet aux régions viticoles de défendre leurs intérêts et leurs emplois.

Un amendement désastreux selon Marisol Touraine

Mais le ministre de l’Economie n’est pas d’accord avec son homologue à la Santé. La ministre Marisol Touraine trouve cet amendement désastreux, comme beaucoup de médecins et d'addictologues. L'institut du cancer a notamment fait appel à des juristes pour voir jusqu'où il serait possible d'aller avec cet assouplissement dont on parle depuis avril dernier. Il a été plusieurs fois retoqué, introduit puis supprimé de la loi Macron. Il réapparaît donc dans la loi Santé, contre l'avis de la ministre en charge de la question.

L’amendement devrait favoriser les viticulteurs français, certes, mais aussi les grands industriels de l’alcool. On pourrait très bientôt retrouver des émissions de grande écoute à la télé ou à la radio, sponsorisée par les artisans des vodkas russes ou encore l'amicale des téquilas mexicaines sans que cela pose problème. Cela devrait multiplier aussi les messages sur l'alcool et selon plusieurs enquêtes scientifiques, 10% de publicité en plus c'est 2,5% de consommation d'alcool, principalement chez les jeunes.