Levothyrox : une information judiciaire contre X ouverte à Marseille

Elle a été ouverte, vendredi, pour "tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d'autrui". La nouvelle formule de ce médicament pour les malades de la thyroïde est mise en cause pour ses effets secondaires.

Une boîte de Levothyrox dans une pharmacie de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), le 4 décembre 2017.
Une boîte de Levothyrox dans une pharmacie de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), le 4 décembre 2017. (REMY GABALDA / AFP)

C'est une nouvelle étape dans le dossier Levothyrox. Le procureur de la République de Marseille a annoncé, lundi 5 mars, l'ouverture d'une information judiciaire contre X pour "tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d'autrui". Ouverte le 2 mars, elle a été confiée à un juge du pôle de santé publique du TGI de Marseille, dont la compétence s'étend jusqu'à Lyon, où siège le laboratoire allemand Merck qui produit ce médicament.

Prescrit contre l’hypothyroïdie, le Levothyrox a changé de formule en France en mars 2017. A partir du mois de juillet, des milliers de patients se sont mis à signaler des effets secondaires, certains très gênants (fatigue, maux de tête, insomnie, vertiges, chute de cheveux...). Face à leur colère, les autorités de santé ont dû mettre en place des solutions de remplacement, alors que le Levothyrox était en situation de quasi-monopole.

Le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux, a également souligné que 7 000 plaintes avaient à ce jour été enregistrées en France. D’autres procédures judiciaires sont en cours, dont une action collective pour "défaut d’information" et "préjudice d’angoisse" à Lyon.