Cet article date de plus de douze ans.

Le vaccin en France conditionné aux autorisations

Le gouvernement veut que les laboratoires aient l'autorisation de mise sur le marché avant de proposer les vaccins
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Roselyne Bachelot, ministre de la  santé (© France 2)
Le gouvernement veut que les laboratoires aient l'autorisation de mise sur le marché avant de proposer les vaccinsLe gouvernement veut que les laboratoires aient l'autorisation de mise sur le marché avant de proposer les vaccins

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a souligné mercredi que le calendrier de la campagne de vaccination dépendrait de la capacité des laboratoires pharmaceutiques à obtenir le feu vert pour commercialiser leurs produits.

Trois laboratoires sont concernés auxquels le gouvernement a commandé 94 millions de doses à livrer d'octobre à janvier.

"La question de l'obtention de ces autorisations de mise sur le marché est absolument cruciale", a indiqué la ministre lors d'une conférence de presse. "Est-ce que les laboratoires auront obtenu leur autorisation de mise sur le marché ? C'est un élément que je suis incapable de fixer aujourd'hui", a-t-elle dit.

Priée de dire si la France pourrait, comme l'envisage par exemple la Grande-Bretagne, sauter certains essais cliniques, Roselyne Bachelot a écarté cette possibilité à ce stade. "Si nous restons avec un virus avec une virulence modérée, il est clair que nous souhaitons avoir toutes les garanties avant de proposer la vaccination", a-t-elle expliqué.

"Tout dépend de la situation épidémiologique, chaque pays a une réponse adaptée. La situation au Royaume-uni n'a rien à voir avec la nôtre", a ajouté Roselyne Bachelot. La ministre a précisé que la stratégie vaccinale serait établie en septembre et confirmé que les personnels de santé seraient vaccinés prioritairement. La France dénombrait mercredi 793 cas (586 confirmés et 207 probables), mais aucun décès.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.