"La souffrance est énorme" : l'OMS appelle tous les pays à investir davantage pour la santé mentale

Il n'y a que 2% des budgets nationaux et moins de 1% de toute l'aide internationale à la santé qui sont consacrés à la santé mentale, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, à Genève (Suisse), le 20 décembre 2021. (FABRICE COFFRINI / AFP)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle toutes les nations à investir davantage dans la santé mentale. Avant le Covid-19, près d'un milliard de personnes vivaient avec un trouble mental, souligne l'agence des Nations unies, vendredi 17 juin, dans sa plus large étude sur le sujet réalisée en deux décennies. Mais, pendant la première année de pandémie, les taux de dépression et d'anxiété ont augmenté d'un quart et l'investissement n'a pas suivi. 

Seuls 2% des budgets nationaux et moins de 1% de toute l'aide internationale à la santé sont consacrés à la santé mentale, selon le rapport de l'OMS. "Tous ces chiffres sont très, très bas", a déclaré Mark Van Ommeren, de l'unité de santé mentale de l'OMS, lors d'une conférence de presse. Ce rapport souligne à quel point "la souffrance est énorme" à travers le monde, a-t-il ajouté.

Le document précise qu'environ une personne sur huit dans le monde vit avec un trouble mental. C'est pire pour ceux qui vivent dans des zones de conflit, où l'on estime qu'une personne sur cinq souffre d'un problème de santé mentale. Le rapport met aussi en évidence de vastes écarts entre pays concernant l'accès aux soins : alors que plus de 70% des personnes souffrant de psychoses reçoivent un traitement dans les pays à revenu élevé, ce taux tombe à 12% dans les pays à faible revenu. "Investir dans la santé mentale est un investissement pour une vie et un avenir meilleurs pour tous", insiste le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.