Cet article date de plus de dix ans.

L'Afssaps a annoncé jeudi la suspension de deux médicaments antidiabétiques du laboratoire japonais Takeda

L'Assurance maladie a effectué une étude qui conclut à une hausse significative du nombre de cancers de la vessie chez les hommes qui prennent les médicaments Actos et Competact.L'Afssaps (Agence du médicament) a voté pour la suspension de la commission d'autorisation de mise sur le marché, à 25 voix pour et une abstention.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le logo de l'Afssaps (AFP / Stéphane de Sakutin)

L'Assurance maladie a effectué une étude qui conclut à une hausse significative du nombre de cancers de la vessie chez les hommes qui prennent les médicaments Actos et Competact.

L'Afssaps (Agence du médicament) a voté pour la suspension de la commission d'autorisation de mise sur le marché, à 25 voix pour et une abstention.

Les ventes en pharmacies de ces médicaments à base de pioglitazone, la molécule en cause dans cette augmentation de risque de cancer, ont baissé "de l'ordre de 30% depuis la mise en garde de l' Afssaps le 19 avril dernier", a indiqué le professeur Dominique Maraninchi, le directeur général de l'Afssaps.

Le Pr Maraninchi a été nommé en février à la tête de l'Afssaps après l'affaire du Mediator. Il avait assuré en avril dernier qu'il était "prêt à prendre fin mai une décision définitive et étayée" d'arrêt de la distribution des médicaments Actos et Competact "pris par 300.000 diabétiques", si une étude en cours confirmait un risque accru de cancer.

Actos faisait partie des 77 médicaments mis sous surveillance par l'Afssaps en janvier.

L'étude de la CNAM
L'étude menée par la CNAM à la demande de l'Afssaps a porté sur 155.535 patients traités par pioglitazone et 1.335.525 autres non exposés à ce médicament, entre 2006 et 2009.

"Un risque de cancer de la vessie significativement augmenté, de l'ordre de 20%, a été relevé par cette étude" qui a signalé 175 cas de cancers de la vessie chez les patients traités par piogliatazone, a expliqué le Pr Maraninchi. "Il y a un effet dose et temps : le risque augmente avec la durée du traitement et la dose totale cumulée administrée", ajoute-t-il.

L'étude de la CNAM n'a pas mis en évidence d'augmentation du risque chez les femmes diabétiques, mais cela n'exclut pas qu'il existe, a-t-il estimé. Il y a 50.000 cancers de la vessie par an en France, qui touchent en majorité des hommes.

Le patron de l'Afssaps indique avoir pris cette décision de suspension "sans attendre l'Europe".

L'Actos (pioglitazone seule) a été autorisé au niveau européen en 2000 et le Competact (association de pioglitazone et de metformine) en 2006.

L'Afssaps recommande aux patients traités actuellement par un médicament contenant de la pioglitazone de ne pas arrêter leur traitement et de consulter leur médecin afin d'adapter leur traitement. "Les médecins ne doivent plus prescrire de médicaments contenant de la pioglitazone", ajoute-t-elle dans un communiqué.
En savoir plus en consultant le blog de Jean-Daniel Flayzakier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.