Injections illégales de botox : la gendarmerie lance un appel à témoins pour retrouver d'éventuelles victimes

Ce type d'injections de botox ou d'acide hyaluronique ne peut légalement être effectué que par un médecin. Ceux qui proposent de tels actes sur les réseaux sociaux peuvent être poursuivis pour exercice illégal de la médecine.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Injection de botox (photo d'illustration). (CARO LAURENT / MAXPPP)

La gendarmerie lance un appel à témoins dans le cadre "d'investigations judiciaires menées par la section de recherches de Lille sous la direction du parquet de Valenciennes", indique-t-elle dans un communiqué transmis lundi 15 mai à franceinfo. L'enquête porte sur "les activités de plusieurs personnes pratiquant des injections d’acide hyaluronique et de botox dans le Nord de la France ainsi qu'en région parisienne."

Des prestations proposées sur les réseaux sociaux 

Les personnes ayant eu recours ou ayant un membre de son entourage ayant eu recours à ce type de prestations, notamment "via les pseudonymes Instagram "injection_lille" et Snapchat "doctor LOUGAYNE", sont invitées à contacter la section de recherches de Lille en envoyant un courriel à l’adresse suivante : victimes-doctor-lougayne@gendarmerie.interieur.gouv.fr. 

>>> TÉMOIGNAGES. Santé : "Mon visage était tout simplement ruiné", les dérives de la chirurgie esthétique chez les jeunes adultes

Ce genre d'annonces de propositions d'injections illégales de botox, notamment pour obtenir des lèvres pulpeuses ou combler les rides, est "en train de pulluler et de faire des dégâts", avait alerté dans le Talk franceinfo sur Twitch le 8 mars dernier la journaliste Elsa Mari, co-autrice du livre "Génération Bistouri : enquête sur les ravages de la chirurgie esthétique chez les jeunes" (JC Lattès). Alors que la vente de l'acide hyaluronique n'est pas réglementée, le syndicat national de chirurgie plastique et esthétique demande l'interdiction de la ventre libre de ce produit. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.