Cet article date de plus de dix ans.

Il y a plus d'obèses dans le monde que de personnes souffrant de malnutrition

Cependant, le poids des privations augmente dans un contexte de crise alimentaire croissante, annonce le rapport publié jeudi à New Delhi, en Inde, par la Fédération internationale de la Croix-Rouge.Ainsi, la Croix-Rouge estimait à 1,5 milliard les personnes obèses dans le monde en 2010 pour 925 millions d'autres souffrant de malnutrition.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (R3F / Science Photo Library)

Cependant, le poids des privations augmente dans un contexte de crise alimentaire croissante, annonce le rapport publié jeudi à New Delhi, en Inde, par la Fédération internationale de la Croix-Rouge.

Ainsi, la Croix-Rouge estimait à 1,5 milliard les personnes obèses dans le monde en 2010 pour 925 millions d'autres souffrant de malnutrition.

Sur son rapport annuel sur les catastrophes dans le monde, la Croix-Rouge a mis surtout l'accent sur les problèmes de nutrition. Elle a mis en cause la disparité entre riches et pauvres et la récente envolée des prix.

Pour son secrétaire général, Bekele Geleta, "si la libéralisation des marchés a abouti à une situation où 15% de l'humanité a faim tandis que 20% est en surpoids, il y a quelque chose qui n'a pas marché quelque part".

Quant à son directeur pour la région Asie-Pacifique, Jagan Chapagain, il parle d'un "scandale à double tranchant", déplorant que "les excès de l'alimentation tuent aujourd'hui plus que la faim". Le problème de la faim n'est pas dû, selon lui, à une pénurie de nourriture dans le monde mais à une mauvaise distribution, au gâchis et à une hausse des prix qui rend les denrées alimentaires moins accessibles.

Les prix des denrées ont flambé en 2011 sur le plan mondial, faisant craindre une crise alimentaire similaire à celle de 2008 qui avait provoqué des émeutes et une instabilité politique dans de nombreux pays.

La hausse des prix alimentaires, que la Croix-Rouge attribue entre autres facteurs à la spéculation sur le marché des matières premières et au changement climatique, a été perçue comme l'un des éléments déclencheurs des mouvements de protestation populaire au Mahgreb et au Moyen-Orient cette année.

Et l'organisation humanitaire de conclure: "Un nouveau cycle d'inflation (...) plonge un grand nombre de personnes parmi les plus pauvres au monde dans une plus grande pauvreté et dans des situations de grave malnutrition".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.