D'après Olivier Véran, "un certain nombre d’unités dans des hôpitaux sont obligées de fermer temporairement, faute de soignants"

Selon une étude, un lit sur cinq est fermé dans les hôpitaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une chambre d'hôpital à Vannes (Morbihan), le 21 avil 2021. (VALENTINO BELLONI / HANS LUCAS / AFP)

Il le reconnaît lui-même. Dans une interview accordée à Libération, mercredi 27 octobre, le ministre de la Santé, Olivier Véran, admet qu'"un certain nombre d'unités dans des hôpitaux sont obligées de fermer temporairement, ou de réduire la voilure, faute de soignants, faute surtout de pouvoir en recruter". Selon une enquête flash menée par le professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique sur le Covid-19, environ 20% des lits seraient actuellement fermés dans les CHU et CHR de France par manque de personnel.

Dans cet entretien, le ministre de la Santé reconnaît également que les démissions "augmentent plus significativement entre 2020 et 2021 qu'entre 2019 et 2020". Et Olivier véran de noter qu'elles "restent néanmoins dans des proportions modérées".

"Certains soignants quittent l'hôpital parce qu'ils sont fatigués après vingt mois de crise sanitaire. Ces départs peuvent mettre en difficulté des équipes, des services parce que les recrutements sont aussi difficiles."

Olivier Véran, ministre de la Santé

dans "Libération"

Car la crise du Covid-19 a laissé des traces chez les blouses blanches, qui travaillent sous tension depuis de longs mois. "C'est une réalité" prise "à bras-le-corps", assure Olivier Véran dans Libération.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.