Rallonge budgétaire pour l'hôpital : "Les annonces faites par le ministre sont très fortes et à la hauteur des enjeux", salue la Fédération hospitalière de France

Le ministre de la Santé a annoncé lundi devant l'Assemblée nationale une enveloppe supplémentaire de 543 millions d'euros pour l'hôpital en 2022, en raison des "surcoûts liés au Covid".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Cette enveloppe budgétaire a été déployée pour compenser les surcoûts liés à la crise du Covid-19. Photo d'illustration. (JULIEN DE ROSA / AFP)

"Les annonces faites par le ministre sont très fortes et à la hauteur des enjeux", a salué lundi sur franceinfo Arnaud Robinet, maire Horizons de Reims, président de la Fédération hospitalière de France (FHF), alors que l'Assemblé nationale a validé l'enveloppe supplémentaire de 543 millions d'euros pour l'hôpital en 2022 proposée par le ministre de la Santé François Braun. Cette enveloppe budgétaire a été déployée pour compenser les surcoûts liés à la crise du Covid-19.

INFOGRAPHIE >> Bronchiolite : visualisez le démarrage précoce et de grande ampleur de l'épidémie en France

Arnaud Robinet souligne également "l'annonce d'un mécanisme de sécurisation budgétaire pour les hôpitaux en 2023". Pour le patron de la FHF, "ce sont de très bonnes nouvelles. Quand on va dans le bon sens, il faut le dire". En revanche, il estime que cela "n'exonère pas évidemment le gouvernement et l'État de réformes du système de la santé dans son ensemble". Il salue notamment "l'enveloppe concernant la pédiatrie suite à l'épidémie de bronchiolite", en disant "chapeau" au ministre de la Santé.

"Le vrai sujet de l'hôpital public, c'est le problème des ressources humaines"

Arnaud Robinet souligne que "l'Ondam hospitalier", l'Objectif national de dépenses d'assurance maladie, "n'a jamais été aussi élevé, c'est historique". Mais il tempère son propos.

"Cela n'empêche pas l'ensemble des parties prenantes de mener une réflexion sur une réforme d'ampleur du système de santé français qui ne concerne pas uniquement l'hôpital mais l'ensemble du système de santé français."

Arnaud Robinet, maire Horizons de Reims et président de la FHF

à franceinfo

Selon Arnaud Robinet, l'enveloppe budgétaire se justifie par "le fait que l'hôpital public n'a pas rattrapé son niveau d'activité d'avant Covid". Selon lui, il y a "à peu près 3,5 millions de séjours qui manquent par rapport à 2019, et donc forcément des baisses de recettes pour l'hôpital public". Il pointe également "la revalorisation de la fonction publique, et notamment la fonction publique hospitalière, avec cette augmentation du point d'indice de 3,5%", ainsi que les mesures qui avaient été annoncées par François Braun lors de la mission flash sur les urgences, alors qu'il n'était pas encore ministre. "Tout cela il faut les prendre en compte."

Mais pour le patron de la FHF, "le vrai sujet de l'hôpital public, comme le vrai sujet de la médecine et de la santé en France, c'est le problème des ressources humaines. Aujourd'hui, il y a 8% de postes vacants d'infirmières à l'hôpital, 2,5% de postes vacants chez les aides-soignantes et 30% de postes titulaires dans la médecine". "Au-delà de l'augmentation des salaires", François Braun plaide pour "le bien-être au travail". La rémunération des personnels et le bien-être au travail sont "deux sujets sur lesquels la FHF fera des propositions" en étant "constructif", ajoute Arnaud Robinet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hôpital

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.