Hôpitaux débordés : les excuses de Theresa May aux patients britanniques

La Première ministre britannique a présenté ses excuses aux patients des hôpitaux anglais. Le service de santé public, le NHS, a décidé de reporter au mois prochain les rendez-vous et opérations non urgents.

FRANCE 2

En Grande-Bretagne, au beau milieu des couloirs d'hôpitaux, dans des salles d'examen improvisées, les patients s'accumulent. Après des heures d'attente, certains se sont préparés médicalement et psychologiquement pour leurs opérations prévues de longue date. À la dernière minute, ils vont être renvoyés chez eux. Au bord de l'explosion, le NHS, le service de santé britannique, vient d'annoncer qu'il allait devoir annuler et reporter au mois prochain près de 55 000 opérations chirurgicales non urgentes.

Le système de santé tout entier ne fonctionne plus

Devant le scandale, Theresa May a dû s'excuser à la télévision. "Je reconnais que c'est difficile pour les patients qui doivent subir ces retards pour leur admission à l'hôpital. (...) Je sais que c'est dur, frustrant et je m'en excuse auprès des patients", a déclaré la Première ministre britannique. Si Theresa May s'excuse, elle se refuse à parler de crise. Or pour les patients, c'est bien le système de santé tout entier qui ne fonctionne plus. Dans un système à flux tendus, il a suffi d'une épidémie de grippe pour tout perturber. Le NHS manquerait de 86 000 professionnels pour assurer sa mission aujourd'hui.

Le JT
Les autres sujets du JT
Theresa May au Parlement de Westminster, à Londres, mercredi 13 décembre 2017. 
Theresa May au Parlement de Westminster, à Londres, mercredi 13 décembre 2017.  (AFP)