VIDEO. A Angoulême, l'hôpital fait face au pic de chaleur

Jusqu'à 42°C par endroits, la canicule ne va laisser personne à l'abri. Dans les hôpitaux, comme à Angoulême (Charente), on s'organise pour faire face.

FRANCE 2

À Angoulême (Charente), le personnel est aux petits soins. Quatre fois dans l'après-midi, les aides-soignants du centre hospitalier apportent de l'eau aux patients. Une surveillance accrue en période de canicule. "Ils nous ont apporté les ventilos, on a la possibilité de changer les draps. C'est agréable", raconte une patiente. Partout, des consignes ont été données pour limiter les effets de la chaleur. Dans l'établissement, 1 500 ventilateurs ont été installés, les fenêtres sont fermées et les stores baissés. Dans le couloir, la lumière est tamisée pour éviter de chauffer le bâtiment.

Risques cardiaques accrus

Les fortes chaleurs augmentent les risques de pathologie chez les gens qui ont des problèmes cardiaques. "C'est classiquement un facteur déclenchant de pathologie cardiaque aigüe : infarctus, trouble du rythme, malaise, chute de tension ou insuffisance cardiaque", révèle Véronique Lucke, chef du service cardiologie du CHU d'Angoulême. Depuis l'épisode caniculaire de 2003, les campagnes de prévention ont fonctionné. À Angoulême, il n'y aura pas de renfort de personnel, mais la direction reste vigilante.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un soignant dans un hôpital (illustration).
Un soignant dans un hôpital (illustration). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)