Maternité du Blanc: trois mois après la fermeture, ouverture d'un centre de périnatalité

L'accompagnement avant et après une grossesse se fera au Blanc, mais pas les accouchements. La fermeture de la maternité  a été officiellement actée en octobre dernier.

Des défenseurs de la maternité du Blanc (Indre) avait occupé les locaux le 22 octobre 2018.
Des défenseurs de la maternité du Blanc (Indre) avait occupé les locaux le 22 octobre 2018. (JEAN-MICHEL BONNIN / MAXPPP)

Un centre de périnatalité de proximité a ouvert lundi 28 janvier au Blanc (Indre), a rapporté France Bleu Berry. Ce centre va assurer les consultations pour le suivi prénatal et post-natal, mais son ouverture n'engendre pas un redémarrage de l'activité complète puisque la fermeture de la maternité a été officiellement actée en octobre.

L'accompagnement des femmes enceintes est pris en charge par la nouvelle organisation, ainsi que leurs besoins après leur retour à domicile. Pour cela, le centre de périnatalité dispose d'une demi-douzaine d'équivalents temps-plein : un poste de gynécologue-obstétricien, deux postes et demi de sages-femmes et un poste et demi d'auxiliaire de puériculture, a précisé France Bleu Berry. 

Une vaste réorganisation du site du Blanc est en cours

D'un point de vue logistique, ce centre de périnatalité ne s'installe pas dans les locaux laissés vacants par la fermeture de la maternité. La directrice de l'hôpital, espère que cette ouverture relancera les consultations pré et post-natales, en perte de vitesse depuis l'arrêt des accouchements.

De leur côté, les défenseurs de la maternité du Blanc ne baissent pas les bras malgré la décision du tribunal administratif de Limoges vendredi 25 janvier. Les magistrats ont rejeté la procédure d'urgence, procédure en "référé-suspension", qu'ils avaient lancé pour faire annuler l'arrêté de fermeture de la maternité pris par l'Agence régionale de santé le 25 octobre 2018. Une nouvelle audience aura lieu dans quelques mois. Les défenseurs de la maternité du Blanc envisagent d'autres actions pour dénoncer la fusion des hôpitaux du Blanc et de Châteauroux.