Dépakine : Sanofi refuse d'indemniser les victimes

Le laboratoire Sanofi refuse d'indemniser les victimes de la Dépakine : il estime qu'il n'est pas le seul responsable de ce scandale sanitaire et accuse l'État.

Lucie Follet, épileptique, a pris de la Dépakine pendant sa grossesse sans savoir que son fils naîtrait autiste. Le jeune homme de 20 ans tient le laboratoire Sanofi pour responsable. "Ils ont complètement détruit ma vie. Je ne pourrais pas évoluer dans ma carrière. Je passerai ma vie dans des Etablissements et services d'aide par le travail (ESAT)", confie-t-il.

Seulement 7 dossiers traités

Le comité d'indemnisation qu'il a saisi avec sa mère confirme la responsabilité du laboratoire. Mais Sanofi vient d'annoncer qu'il n'indemniserait pas les victimes car le laboratoire a demandé aux autorités à plusieurs reprises de changer la notice du médicament, pour avertir les femmes enceintes. Le comité d'indemnisation devra donc payer les victimes sur l'argent public. Pour Lucie, qui s'en est tant voulu d'avoir intoxiqué son fils, c'est une épreuve. À ce jour, seuls sept dossiers ont été traités par les autorités, qui en attendent plusieurs milliers.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme prend de la Dépakine, le 24 août 2016, à Paris. 
Une femme prend de la Dépakine, le 24 août 2016, à Paris.  (GARO / PHANIE / AFP)