Fin de vie : "Faisons appliquer la loi avant de légaliser l’euthanasie"

Des infirmières et aide-soignantes lancent une pétition à l’intention de députés qui veulent légiférer sur l’euthanasie. Elles rappellent que, sur le terrain, le "mal-mourir" est dû à un non-respect de la loi sur la fin de vie.

Fin de vie : \"Faisons appliquer la loi avant de légaliser l’euthanasie\"
Fin de vie : "Faisons appliquer la loi avant de légaliser l’euthanasie"

Marion Broucke est "énervée". Cette infirmière en unité de soins palliatifs à l’hôpital Paul Brousse (Villejuif) n’en peut plus de voir la question de la fin de vie et de l’euthanasie discutée dans les hautes sphères de l'Etat par des politiques qu’elle estime "déconnectés de la réalité".

La Tribune du Monde, parue le 28 février dernier, dans laquelle un collectif de 156 députés appelle à mieux encadrer les droits et la liberté de mourir des personnes en fin de vie a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Elle a lancé, avec dix collègues, tous infirmières et aide-soignantes en soins palliatifs, une pétition, adressée aux députés qui veulent faire autoriser l'euthanasie, pour faire entendre leur voix. Une voix légitime. "S’occuper des patients en fin de vie, c’est notre métier au quotidien", rappelle l'infirmière.

A lire aussi : Fin de vie : la HAS distingue "sédation profonde" et "euthanasie"

Certains médecins ont peur d'utiliser de la morphine

Pour les signataires du texte, l’urgence, dans nos hôpitaux et nos EPHAD n’est pas de légaliser l’euthanasie, mais d’appliquer la loi sur la fin de vie qui existe déjà. "On entend dire par des personnes pro-euthanasie, dont la parole est très relayée dans les médias, qu’à cause de la loi actuelle on met des semaines à mourir en France, et dans des souffrances atroces.  Ce sont des mots effrayants et ce n’est pas la réalité. Oui, on meurt mal en France. Mais pas à cause de la loi Claeys-Leonetti : à cause de son non-respect", insiste Marion Broucke. Ce débat biaisé fait craindre aux personnels soignants des répercussions pour les personnes les plus vulnérables. "On ne doit pas légaliser l’euthanasie pour se débarrasser des gens qui sont mal traités par le système", affirme l'infirmière.

A lire aussi : Fin de vie : la HAS distingue la "sédation profonde" et D’après les signataires du texte, la première des urgences est de développer la formation en matière de soins palliatifs de tous les médecins et de tous les professionnels de santé, formation qui n’est pas à la hauteur des enjeux. "Les jeunes stagiaires qui arrivent dans nos services ont reçu un enseignement anecdotique dans ce domaine", constate amèrement Marion Broucke. "Pire, il demeure une indifférence assez générale des soignants qui ne sont pas spécialistes des soins palliatifs. Ils raisonnent encore beaucoup trop par organes, sans prendre en compte le patient dans sa globalité", se désole-t-elle. Résultat, l’accès aux soins palliatifs est insuffisant et la douleur des malades n’est pas soulagée. "Nous voyons dans nos services des patients qui ont un cancer depuis des années et qui ont reçu tous les traitements contre la douleurs, mais jamais de morphine. Certains médecins ont encore peur de l’utiliser. Ça nous met vraiment en colère."

A lire aussi : Fin de vie : Faites connaîtes vos dernières volontés

Malgré la loi, l'acharnement thérapeutique perdure... et coûte cher

Tout aussi alarmant, la médecine continue de créer de l’acharnement thérapeutique, pourtant interdit par la loi. "On assiste à des situations de survie complètement insensées, où des malades sont maintenus en vie artificiellement. Les établissements qui persistent devraient être sanctionnés". Marion Broucke constate dans son service que de nombreux patients reçoivent des chimiothérapies dans le mois qui précède leur décès. En plus d’être contraire à la loi Claeys-Leonetti, cette obstination pèse financièrement sur les hôpitaux. "Nous avons toujours moins de moyen pour soigner. On nous dit qu’il n’y a pas d’argent à l’hôpital. Mais le coût de l’acharnement thérapeutique est bien plus important que celui de l’accompagnement. L’argent n’est pas mis au bon endroit. Au lieu de le dépenser dans des chimiothérapies dernière génération hors de prix et inutiles, il faut le réinjecter là où il est utile : dans les soins palliatifs", explique l’infimière. 

Face à ces inquiétants constats, Marion Broucke ne s’étonne pas de la popularité d’une légalisation de l’euthanasie dans l’opinion publique. "Les malades en fin de vie ne sont pas soulagés et sont victimes d’obstination déraisonnable. Forcément, leur famille et eux-mêmes réclament l’euthanasie. Et les personnes qui ne sont pas malades, elles, ont peur de ces situations. Les militants pro-euthanasie jouent là-dessus. Alors que nous le savons d'expérience : dans le cadre d'une prise en charge adéquate, les demandes d'euthanasie tendent à disparaître."

Le collectif à l'origine de la pétition demande à être entendu par les députés, et à être intégré au groupe de réflexion de l’Assemblée Nationale. "Nous voudrions aussi que les familles des patients passés par les soins palliatifs témoignent. Il faut que les politiques comprennent que la priorité est de faire respecter la loi. Et ensuite, seulement, on pourra rediscuter. "