Essai thérapeutique à Rennes : les proches de la victime témoignent

Pour la première fois, les proches de Guillaume Molinet, mort des suites de l'essai thérapeutique, sortent du silence.

FRANCE 2

La compagne de Guillaume Molinet, l'homme décédé le 17 janvier dernier des suites d'un essai thérapeutique en Bretagne, raconte ce 11 mars les dernières heures de sa vie, mais souligne également la réaction tardive des laboratoires.

"Il faut qu'on comprenne"

L'émotion est contenue, mais aujourd'hui, le frère et la compagne de la victime entendent rendre justice à leur proche. "Ça suffit. Il faut qu'on comprenne. Il faut que vous nous disiez ce qu'il s'est passé", lance Florence. Le 10 janvier dernier, trois jours à peine après la prise du médicament dans un laboratoire, Guillaume Molinet souffre de migraines sévères. C'est la dernière fois que sa compagne a pu lui parler. Maux de tête, troubles de la vue, l'homme ignore alors quelle issue tout cela va avoir. Il ne sera hospitalisé qu'à 20 heures. Le 14 janvier, il est en état de mort cérébrale avant de décéder le 17. Une mort qui n'a pas d'autre explication que l'essai selon sa famille. Cette dernière a porté plainte afin de connaître la vérité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le centre Biotrial à Rennes où l\'essai thérapeutique mortel a été conduit, le 16 janvier 2016.
Le centre Biotrial à Rennes où l'essai thérapeutique mortel a été conduit, le 16 janvier 2016. (LOIC VENANCE / AFP)