Cet article date de plus de cinq ans.

Vous ne développerez pas le même cancer selon votre milieu social

Une étude confirme l'influence du milieu social sur notre santé. Ainsi, on constate plus de cancers de l'estomac, du foie et des lèvres-bouche-pharynx chez les populations défavorisées. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme passe un scanner dans un hôpital, le 6 janvier 2016. (JOHNNYGREIG / E+ / GETTY IMAGES)

Cela semble une évidence, mais en voici la preuve : notre milieu social a une influence sur notre santé. Dans une étude publiée mardi 7 février, des chercheurs estiment ainsi que près de 15 000 cas de cancer pourraient être évités chaque année en France par une amélioration des conditions de vie et de la santé des populations les plus défavorisées. Ce gain potentiel serait plus important pour les hommes que pour les femmes. Il serait maximal pour le cancer du poumon. 

Cette analyse – la première du genre en France – porte sur l'influence de l'environnement socio-économique sur l'incidence (nombre de nouveaux cas annuels) de la maladie, qui diffère selon les organes touchés. L'étude publiée dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'agence sanitaire Santé publique France porte sur 189 144 personnes, dont 78 845 femmes, qui ont eu un cancer entre 2006 et 2009 et habitent dans l'un des 16 départements disposant d'un registre des cancers.

Des cancers plus ou moins fréquents selon les milieux sociaux

L'étude confirme, à partir de données françaises, le risque plus élevé de cancers des voies respiratoires et digestives hautes pour les populations vivant dans des milieux défavorisés. "La détermination sociale de certains facteurs de risque, comme la consommation de tabac, les expositions professionnelles ou les polluants atmosphériques explique sans doute une partie importante des différences observées", expliquent Joséphine Bryère, chercheuse à l'Inserm, et ses collègues.

Dans les faits, une plus grande incidence des cancers de l'estomac, du foie, des lèvres-bouche-pharynx est observée parmi les populations défavorisées, pour les deux sexes. Même chose pour les cancers du larynx, de l'œsophage, du pancréas et de la vessie chez les hommes, ainsi que pour le cancer du col de l'utérus chez les femmes.

En revanche, le mélanome, les cancers de la prostate, des testicules, des ovaires et du sein sont plus fréquents dans les zones aisées. Pour les cancers de la prostate et du sein, cette surreprésentation "est sans doute très liée aux pratiques de dépistage, plus fréquentes dans ces milieux"

Agir sur les inégalités pour agir sur la santé

La part des cas de cancers attribuables à un environnement socio-économique défavorisé est la plus importante pour les cancers du larynx (30%), des lèvres-bouche-pharynx (26,6%), du poumon (19,9%) et de l'œsophage (16,7%) chez les hommes. Chez les femmes, elle est plus élevée pour les cancers des lèvres-bouche-pharynx (22,7%), du col de l'utérus (21%) et de l'estomac (16,4%).

Pour les chercheurs, la lutte contre les inégalités, qui passe notamment par des politiques dédiées en matière d'éducation, d'urbanisation, de transports et d'emploi, pourraient aider à agir sur ces tendances.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.