Vos médicaments craignent la chaleur !

Pouvez-vous consommer sans risque un médicament à conserver à une température inferieure à 30°C laissé sur la table du salon durant une journée de canicule ? Dans une notice diffusée début juin 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a tenu à rappeler aux particuliers les précautions d'usages.

Les substances actives de nombreux médicaments peuvent se dégrader avec la température. Tous les médicaments autorisés sur le marché français ont été soumis à des essais de stabilité, qui permettent d'établir ce risque. S’il est établi, des températures de conservation sont précisées sur leurs emballages et dans leurs notices.

Médicaments à conserver entre +2°C et +8°C

Les traitements "à conserver entre +2 et +8°C" doivent être placés dans des réfrigérateurs ou des chambres froides, dont la température sera régulièrement contrôlée. Selon l’ANSM, une fois sortis du réfrigérateur, la chaleur ambiante est généralement sans conséquence sur leur stabilité dès lors qu’ils sont utilisés assez rapidement. Si nécessaire, ils doivent être transportés "dans des conditions qui respectent la chaine du froid", sans provoquer de congélation du produit (emballage isotherme réfrigèré).

Médicaments à conserver à une température inférieure à 25°C ou 30°C

Pour la plupart des médicaments à conserver "à une température inferieure à 25 ou à 30°C", l’ANSM note que le dépassement ponctuel, "de quelques jours à quelques semaines", de ces températures "n’a pas de conséquence sur [leur] stabilité ou [leur] qualité". En effet, précise l’Agence, "en cas de vague de chaleur, les médicaments stockes dans des conditions normales au domicile des patients ou dans les pharmacies sont exposes à des conditions de stress thermique inferieures aux températures des épreuves de stabilité́".

Ces tests assurent qu’aucune dégradation n’est constatée "après exposition de plusieurs semaines à une température constante de 40°C".

Prenez garde à ne pas laisser ces traitements dans les coffres ou les habitacles de voitures exposées en plein soleil, car les températures peuvent s’élever bien au-delà… Aussi, il est conseillé de les transporter "par mesure de prudence" dans un emballage isotherme non réfrigéré.

"Hors du réfrigérateur après ouverture" ?

Des précautions particulières doivent être prises pour les médicaments biologiques (insuline, somatropine...) dont la notice stipule qu’ils peuvent être conservés "hors du réfrigérateur après ouverture". " En cas d'exposition à des températures supérieures, il est recommandé de se rapprocher, éventuellement avec l'aide d'un pharmacien, du laboratoire dont le nom et les coordonnées figurent sur l'emballage extérieur et la notice du médicament".

L’ANSM note que pour de nombreuses spécialités dont l’aspect n’est pas celui d’un comprilmé (suppositoires, crèmes, etc.), "l’aspect du produit à l’ouverture permet de juger relativement facilement du maintien de la qualité après exposition à la chaleur". Tout produit dont l'apparence extérieure est visiblement modifiée "ne devrait pas entre utilisé, cette altération de l'aspect extérieur pourrait indiquer une modification des propriétés de la forme pharmaceutique (indépendamment de la qualité́ de la substance active)".

Autres médicaments

Pour tous les autres médicaments, les conditions habituelles de conservation - telle une armoire à pharmacie - aucune précaution particulière n’est à prendre, les essais de stabilité démontrant "l’absence de dégradation après exposition pendant 6 mois à une température de 40°C".