Vidéos en ligne : la pollution insoupçonnée

En terme de pollution, le numérique serait plus nocif que les avions puisqu'il représente 4% des émissions mondiales de CO2 contre 2,8% pour l'aéronautique.

France 2

Même à la plage, les Français restent rivés sur leurs écrans. Jeux, mails, séries... difficile d'éteindre son smartphone. Toutes ces vidéos semblent bien inoffensives, mais elles pèsent de plus en plus lourd sur nos réseaux. Aujourd'hui, internet représente 20% de mails et de fichiers, et 80% de flux vidéos. Ce qui entame sérieusement le capital santé de notre planète.

Autant de CO2 que l'Espagne

Pour transporter et stocker ces contenus, il faut des serveurs qui occupent d'immenses bâtiments et consomment beaucoup d'énergie. Une source de gaz à effet de serre. L'an passé, les vidéos en ligne ont généré autant de CO2 qu'un pays comme l'Espagne. Regarder un contenu de 3Go nécessite autant d'énergie que 1 000 ampoules basse consommation allumées pendant une heure. Les gouvernements devront sans doute passer par des lois pour réguler les réseaux et ménager notre climat. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Écran d\'accueil d\'un téléphone, à Chennai (Inde) le 22 mars 2018.
Écran d'accueil d'un téléphone, à Chennai (Inde) le 22 mars 2018. (ARUN SANKAR / AFP)