Royaume-Uni : l'OMS se penche sur une hépatite d'origine inconnue recensée chez des enfants britanniques

Cette forme d'hépatite touche principalement les enfants de moins de 10 ans et se manifeste notamment par une jaunisse, des diarrhées, des vomissements et des douleurs abdominales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo de l'Organisation mondiale de la santé à Genève (Suisse), le 2 décembre 2021. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Une nouvelle forme d'hépatite inquiète les services sanitaires britanniques et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette dernière a annoncé, vendredi 15 avril, qu'elle surveillait des cas de cette maladie, dont l'origine reste à déterminer et dont des dizaines d'enfants ont souffert au Royaume-Uni. Certains cas, six selon le professeur Yazdan Yazdanpanah, spécialiste des pathologies infectieuses interrogé par Le Parisien, ont même nécessité une transplantation du foie. Pour l'instant, aucun décès n'a été recensé.

Cette hépatite touche principalement les enfants de moins de 10 ans, et se manifeste par des symptômes comme jaunisse, diarrhées, vomissements et douleurs abdominales.

En tout, 74 cas recensés au Royaume-Uni

Dans un premier temps, le Royaume-Uni avait signalé le 5 avril à l'OMS dix cas d'hépatites graves en Ecosse. Trois jours plus tard, on dénombrait un total de 74 cas sur l'ensemble du territoire, selon un communiqué de l'OMS, qui s'attend à de nouveaux signalements dans les prochains jours. Moins de cinq cas confirmés ou possibles ont également été rapportés en Irlande, et trois cas en Espagne, poursuit l'organisation. 

Les habituels virus (A à E) de l'hépatite n'ont pas été détectés chez les enfants atteints. C'est pourquoi les autorités sanitaires britanniques ont annoncé récemment qu'elles examinaient l'hypothèse d'un autre type de virus (adénovirus), ainsi que d'autres causes possibles comme le Covid-19, d'autres infections ou des facteurs environnementaux. Elles ont en revanche écarté tout lien avec le vaccin contre le Sars-CoV-2, qui n'a été administré à aucun des cas confirmés au Royaume-Uni.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.