Pic de pollution à Paris : "À l'intérieur de son véhicule, on peut être plus exposé que le piéton ou le cycliste"

Marie Pouponneau, ingénieure à l'ADEME, a conseillé, mercredi sur franceinfo, de ne pas utiliser la climatisation et d'ouvrir les fenêtres de la voiture pour être moins exposé à la pollution.

Circulation à Paris, le 23 juin 2005.
Circulation à Paris, le 23 juin 2005. (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Alors que seuls les véhicules ayant une vignette Crit'air de 0 à 3 peuvent circuler à Paris et sur l'A86 intérieure, mercredi 25 et jeudi 26 juillet, en raison d'un pic de pollution à l'ozone, Marie Pouponneau, ingénieure au Service Qualité de l'Air à l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), a donné plusieurs conseils mercredi sur franceinfo. À ceux qui sont autorisés à conduire, elle recommande bien sûr "de [se] passer de [son] véhicule" pour réduire la pollution.

franceinfo : En quoi les fortes chaleurs conduisent-elles à ces pics de pollution ?

Marie Pouponneau : L'ozone, c'est un polluant qui est particulier. Il se déclenche plutôt en été, car il a besoin de soleil pour être formé et de chaleur. Il est issu de la combinaison de différents polluants qui sont émis notamment par le trafic routier, les oxydes d'azote, les composés organiques volatils. Sous l'effet de la chaleur, du rayonnement solaire, il y a production d'ozone. C'est pour ça que ce pic de pollution arrive maintenant, alors qu'on est en période de canicule.

Comment adapter sa conduite en période de pic de pollution, quand on a le droit de rouler avec une vignette Crit'air de 0 à 3 ?

Il y avait une mesure qui existait depuis lundi, avec la réduction de la vitesse. Avec un véhicule particulier, quand vous êtes à des vitesses assez élevées, plus vous réduisez votre vitesse, moins vous émettez de polluants. Donc ces véhicules qui vont continuer à rouler aujourd'hui, car ils sont autorisés à continuer de rouler, on leur conseille de réduire la vitesse d'avoir une conduite beaucoup plus souple pour émettre moins de polluants. Je ne vous cache pas que la solution idéale, c'est, même si vous êtes autorisés à circuler, d'essayer un autre mode de mobilité, de vous passer de votre véhicule. Ainsi, vous participez à cet effort et à un bien sanitaire.

Est-on exposé aux polluants à l'intérieur de sa voiture ?

Plusieurs études montrent qu'à l'intérieur de l'habitacle de son véhicule, on peut être plus exposé que le piéton qui est sur le trottoir ou le cycliste, d'autant plus si vous avez réglé votre aération de voiture sur un mode de recyclage qui va faire qu'en plus vous vous confinez. Vous restez dans votre air confiné qui est encore plus pollué qu'à l'extérieur.

L'usage massif de la climatisation en voiture et ailleurs, pose-t-il un problème en ces périodes de chaleur ?

Il pose un problème parce que vous allez consommer encore plus d'énergie pour faire fonctionner votre véhicule et donc une consommation de carburant augmentée, ce qui va favoriser encore plus d'émission de polluants. Donc effectivement, ouvrez plutôt vos fenêtres, vous allez aérer votre habitacle et en plus vous allez moins consommer de carburant.