Cet article date de plus de deux ans.

Les enfants exposés à la pollution peuvent développer des "pathologies respiratoires aiguës"

Le docteur Gilles Dixsaut, président du Comité francilien des maladies respiratoires, alerte sur l'impact de la pollution notamment pour les plus jeunes enfants.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les enfants sont particulièrement exposés aux pollutions aux particules fines .(illustration) (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La pollution atmosphérique favorise "le développement de maladies asthmatiques ou de pathologies respiratoires aiguës, notamment infectieuses" chez l'enfant, a expliqué jeudi 28 mars sur franceinfo le docteur Gilles Dixsaut, président du Comité francilien contre les maladies respiratoires.

>> Deux ONG publient des cartes qui dénoncent la pollution de l'air à proximité des écoles en Ile-de-France et à Marseille

"L’impact est plus élevé chez les enfants les plus jeunes parce que ces enfants ont un système respiratoire immature", a souligné le spécialiste, alors que deux associations ont publié aujourd'hui des cartes du niveau de pollution de l'air à proximité de chaque école.

franceinfo : A-t-on une idée de l'impact de cette pollution sur les enfants ?

Gilles Dixsaut : L’impact de la pollution sur les enfants est connu depuis longtemps. Les phénomènes de smog [brume épaisse composée de polluants atmosphériques] à Londres dans les années 50 ont conduit, pour les enfants exposées, à des pathologies respiratoires une fois adultes. C’est un effet à long terme, en plus de l’effet immédiat qui est par exemple le développement de maladies asthmatiques ou de pathologies respiratoires aiguës, notamment infectieuses.

C’est dû à l’exposition au dioxyde d’azote ?

Oui, c’est un irritant des voies aériennes. Mais il y a aussi l’exposition aux particules, notamment les particules fines et ultra fines, qui sont des irritants des voies aériennes mais qui en plus vont avoir d’autres effets plus globaux sur l’organisme car elles vont passer dans la circulation et atteindre l’ensemble des organes. Il y aussi d’autres facteurs environnementaux qui jouent, notamment l’exposition à l’environnement bactérien et viral : on surprotège les enfants par rapport à cet environnement, c’est un facteur d’apparition d’asthme. Et on aggrave la situation avec la pollution atmosphérique.

L’impact est-il le même en fonction de l’âge des enfants ?

L’impact est plus élevé chez les enfants les plus jeunes probablement, parce que ces enfants ont un système respiratoire immature. Il va se développer au cours de l’enfance et de l’adolescence. La pollution atmosphérique a un effet de retard de développement de l’appareil respiratoire des enfants lorsqu’ils sont exposés à des niveaux élevés ou des niveaux continus de pollution. Donc plus les enfants sont jeunes et plus, probablement, l’effet de la pollution est important.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.