"Il n'y a rien de traditionnel chez lui" : Aurélien Barrau, l'astrophysicien philosophe qui défend l'écologie

Il est à l'origine de la tribune de 200 personnalités publiée par "Le Monde" début septembre. Depuis, l'astrophysicien grenoblois aux cheveux longs fait le tour des plateaux de télévision pour marteler son message écologique. Portrait.

L\'astrophysicien Aurélien Barrau, le 23 septembre 2018 sur France 5.
L'astrophysicien Aurélien Barrau, le 23 septembre 2018 sur France 5. (FRANCE 5)

"Je vais un peu vous piéger." Invité le 8 septembre au festival Climax 2018 après sa retentissante tribune publiée dans Le Monde avec 200 personnalités quelques jours plus tôt, Aurélien Barrau refuse de se lancer dans une exposé scientifique sur le "nouveau contrat social avec le vivant", comme l'y invite l'animateur de la conférence. "Ce n'est pas du tout ce que je vais faire. Je vais utiliser mes dix minutes pour vous parler de politique essentiellement, parce que face à l'urgence, on n'a plus le choix, en réalité. La situation est dramatique", poursuit l'astrophysicien, avant de débuter son discours.

"Crash du système planète Terre", "monde en guerre" à cause des réfugiés climatiques, décroissance, "mesures coercitives et impopulaires" à prendre pour réduire l'ampleur du désastre, appel à harceler les politiques... Le propos est aussi sombre et combatif que la tenue du scientifique – short, grosses lunettes de soleil sur la poitrine, multiples bracelets au poignet – est décontractée. "Soit ils [les élus] sont les pires lâches de l’histoire, soit ils sont les premiers héros. Pour être les premiers héros, quelques beaux discours et un peu de greenwashing ne suffiront pas. il faudra se fâcher, s’opposer aux lobbys, prendre des mesures difficiles", estime-t-il, avant d'inviter à "envahir l'espace médiatique". Sa tirade est saluée par des applaudissements. La séquence, mise en ligne sur sa page YouTube, fait le tour des réseaux sociaux et les invitations médiatiques se multiplient, sur Brut ou France 5.

On ne peut pas ne pas considérer, aujourd'hui, cette question comme étant la plus importante de l'histoire de l'humanité.Aurélien Barrausur France 5

Une ascension météorique pour un homme avant tout spécialiste des trous noirs. "L'origine de l'Univers, c'est ma passion. Avec des collègues, on essaye d'avancer sur cette grande question des origines, avec des outils d'observation et des outils théoriques", explique l'intéressé, depuis son bureau du Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie du CNRS à Grenoble (Isère). Enseignant à l'université de Grenoble Alpes, il bénéficie d'une solide réputation au sein de la communauté scientifique. "Il est reconnu en France et à l'international. Nous ne sommes pas exactement dans le même domaine : lui, c'est la gravitation quantique à boucle, moi, la théorie des cordes. Des théories concurrentes scientifiquement", explique Pierre Vanhove, signataire de la tribune du Monde. Mais le physicien au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives de Saclay (Essonne) précise rapidement : "Il faut savoir qu'il n'y a rien de traditionnel chez Aurélien."

"Ce n'est pas le profil commun"

Peu adepte de la théorie des cordes, Aurélien Barrau en a pourtant plusieurs à son arc. "Comme on dit en Italie, c'est un intellectuel a tutto tondo, c'est-à-dire qu'il n'est pas fermé dans une spécialité, il a une culture très vaste et très large. Ce n'est pas le profil commun, même s'il n'est pas complètement unique non plus", abonde Carlo Rovelli, signataire de la tribune et physicien italien. Le Français de 45 ans a en effet soutenu une thèse de philosophie en 2016 et s'intéresse aux arts. Sur sa chaîne YouTube, on peut l'écouter lire à haute voix un texte de Jean Genet ou visionner un court-métrage qu'il a réalisé. Aurélien Barrau a écrit de nombreux livres, sur l'Univers mais aussi sur le droit des animaux. Il a même signé une tribune en 2016 dans Libération pour critiquer l'interdiction du burkini à Cannes (Alpes-Maritimes).

Il sait parler à différents mondes.Carlo Rovellià franceinfo

Parmi les signataires de ce texte se trouve Jean-Luc Nancy, un philosophe qui a mis l'astrophysicien en orbite autour de la planète cinéma. "Il m'a beaucoup parlé d'Aurélien et m'a fait lire un de ses textes, raconte la réalisatrice Claire Denis, qui surmonte son aversion pour les journalistes afin de parler d'Aurélien Barrau. Je suis allé l'écouter à l'une de ses conférences et ensuite, ce fut un enchaînement d'amitiés et d'intérêts. Il donne accès à la grandeur de la science et de la réflexion philosophique à des gens un peu incultes comme moi."

Une rencontre avec Claire Denis et Juliette Binoche

Amicale depuis six ans, la relation entre le scientifique et la réalisatrice devient professionnelle. Aurélien Barrau participe à l'écriture du scénario de High Life, le nouveau film de Claire Denis qui envoie Juliette Binoche et Robert Pattinson dans l'espace. "C'est simple, il a été mon guide, tout le temps, témoigne-t-elle. Avec mon co-scénariste Jean-Pol Fargeau, nous avons vécu sous perfusion d'Aurélien Barrau, nous avons été liés à lui pendant toute l'écriture." Chaque fois que les deux scénaristes butent sur une difficulté – "nous n'avions pas le budget d'un film de science-fiction tel qu'on en produit aujourd'hui" –, l'astrophysicien "invente des façons de traduire les choses sans que ce ne soit trop coûteux pour le film".

Invité sur le tournage au printemps, Aurélien Barrau sympathise avec Juliette Binoche. C'est avec elle qu'il rédige la fameuse tribune publiée le 3 septembre, quelques jours après la démission du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. "Cela a été un déclencheur. Je pense que c'est quelqu'un d'honnête et j'ai senti un désespoir sincère, comme s'il disait : 'Aidez-moi, je n'y arrive pas'", retrace l'astrophysicien. L'actrice lui ouvre son carnet d'adresses – Patti Smith, Catherine Deneuve, Kristen Stewart ou Alain Delon ont signé – et donne à son discours une nouvelle dimension. "Je ne sais pas pourquoi ce que nous disons depuis longtemps marche aujourd'hui. C'est peut-être grâce à Juliette Binoche et au fait qu'il y a, en ce moment, une fenêtre de réceptivité dans l'opinion publique", analyse-t-il.

Je ne prétends pas du tout être le sauveur, mais je veux donner un petit coup de pouce à la vie.Aurélien Barrauà franceinfo

Ce discours n'est pas "un effet d'opportunisme", assurent ceux qui le connaissent depuis plusieurs années, comme le physicien Pierre Vanhove. "Ce sont des choses qui lui tiennent à cœur depuis longtemps, cela fait partie de son ADN et son intervention n'a surpris personne", développe-t-il. "Il fait les choses parce qu'il y croit, pas pour se donner une image", abonde Carlo Rovelli. En mars, alors qu'il était invité sur France 24 à commenter le parcours du défunt Stephen Hawking, Aurélien Barrau avait déjà fait entendre sa "sensibilité écologique" en contredisant l'apôtre de la colonisation d'autres planètes. "Les velléités expansionnistes de l’humanité hors de notre système solaire ou sur d’autres planètes sont plutôt inquiétantes. Elles nous masquent le véritable problème, le saccage de notre monde", expliquait-il. 

"Il faut être modeste"

Très relayée dans les médias, la tribune publiée dans Le Monde a suscité son lot de critiques sur les réseaux sociaux : elles pointent son manque de propositions, des signataires loin d'être exemplaires en matière écologique ou la menace d'une dictature verte.

"Il faut être modeste. C'est facile de conseiller depuis une position où on ne peut rien faire, reconnaît l'intéressé, avant de concéder bien volontiers son manque de compétences sur le sujet. Ce sont aux experts de faire des propositions, mais je voulais montrer à nos dirigeants qu'il n'y a pas besoin d'avoir un prix Nobel de biologie pour comprendre qu'il y a un problème." Le scientifique, qui ne se considère pas lui-même comme "exemplaire", voit d'un bon œil la présence de personnalités éloignées de l'écologie parmi les signataires.  "Je me réjouis que, face à l’étiolement de la vie et à la catastrophe génocidaire, nous ayons la sagesse de nous retrouver sur ce point", estime-t-il.

Quant à sa volonté supposée d'instaurer une dictature verte, Aurélien Barrau préfère en rire. "C'est la dernière chose au monde que je souhaiterais. Dire qu'une loi doit être coercitive, ce n'est pas inquiétant. Beaucoup de lois le sont : on n'a pas le droit de ne pas payer ses impôts ou de ne pas scolariser ses enfants", réplique ce père de deux adolescents, avant de donner l'un de ses exemples favoris : "Ne rien faire, c’est ce qui effondre nos libertés. Quand on interdit à un ivrogne de conduire, on enfreint sa liberté, mais c’est pour que les gamins qui traversent la route soient libres."

"Que mille Aurélien Barrau fleurissent"

Ces images, dont il use régulièrement sur les plateaux de télévision, font un peu tiquer chez les altermondialistes d'Attac. "Je partage beaucoup de choses fondamentales qu'il évoque, pose Maxime Combes, économiste et auteur de Sortons de l'âge des fossiles (Seuil, 2015), avant de mettre le doigt sur une "différence d'appréciation". "Il a une façon de s'exprimer qui ne priorise pas les mêmes choses. Pour nous, cette coercition doit porter sur les acteurs collectifs de l'économie mondiale, les entreprises, les gouvernements et les institutions internationales", développe-t-il. L'exemple de l'ivrogne est pour lui "problématique". "Celui que je donnerais, c'est plutôt celui de la multinationale du pétrole qui continue d'investir dans la recherche de nouveaux gisements", propose le militant d'Attac.

Au-delà de ce point, Maxime Combes salue l'émergence de l'astrophysicien. "Si on prend au sérieux la crise climatique, personne ne doit être dans la défense de son pré-carré médiatique. Je trouve cela excellent qu'il y ait de nouvelles personnalités qui passent dans les médias et apportent des façons nouvelles de s'exprimer", explique-t-il, avant de pasticher Mao Zedong. Que mille Aurélien Barrau fleurissent et s'épanouissent !" 

L'intéressé, qui ne veut pas devenir "un militant à temps plein", n'a pas l'intention de fleurir davantage. "Je pense qu'on m'a trop vu. Je vais encore faire les deux ou trois émissions pour lesquelles je me suis engagé (...) mais depuis deux jours, j'ai tout refusé, nous explique-t-il. Aurélien Barrau veut maintenant "laisser la place à d'autres".