Canicule : Santé publique France recense six accidents du travail mortels potentiellement liés à la canicule

L'agence sanitaire a signalé que les vagues de chaleur successives ont pu provoquer deux accidents du travail mortels supplémentaires, dans son dernier bilan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Six accidents du travail mortel ont pu être favorisés par les vagues de chaleur estivales successives, selon Santé publique France (image d'illustration). (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)

Une des nombreuses conséquences dramatique de températures trop fortes. Six accidents du travail mortels survenus durant l'été sont soupçonnés d'avoir été favorisés par les canicules à répétition, après l'annonce de deux cas supplémentaires par Santé publique France, jeudi 18 août.

L'un des deux derniers accidents notifiés par la Direction Générale du Travail a eu lieu "pendant la vague de chaleur de juillet", et l'autre "pendant cette nouvelle vague de chaleur" au début du mois d'août, précise l'agence sanitaire dans son dernier bilan. Santé publique France n'a pas donné plus de précisions sur les circonstances des décès ou l'identité des victimes.

Une surmortalité de 20% en juillet

L'agence a également donné une première estimation de l'excès de mortalité constaté en juillet en France : elle l'évalue à 20% au-dessus de la normale. Mais ce chiffre ne contient pas seulement les décès liés à la vague de chaleur et peut inclure d'autres causes, comme la nouvelle vague de Covid-19 qui avait touché la France au même moment. Un bilan plus spécifique sera publié en septembre.

Comme d'autres pays européens, la France a été marquée cet été par de multiples épisodes de canicule, avec de nombreux records de températures battus. Ses voisins ont aussi été durement touchés, avec plus de 500 personnes décédées à cause de la chaleur en Espagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.