Anthrax : épidémie dans les Hautes-Alpes

Dans les Hautes-Alpes, les agriculteurs s'inquiètent de la progression de la fièvre charbonneuse, plus connue sous le nom d'anthrax. Une cinquantaine de bêtes sont mortes. Un syndicat agricole vient de porter plainte. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Chaque matin, Lucie Garnier retrouve son bétail avec angoisse. Il y a quelques jours, cette éleveuse des Hautes-Alpes a perdu une de ses vaches dans ce champ. En une nuit seulement, l'anthrax peut décimer une partie du troupeau. Cela fait dix ans que cette maladie n'était plus apparue en France. La bactérie responsable, enfouie dans les sols après l'enterrement de bêtes malades il y a des décennies, semble être revenue à la surface en raison des conditions météorologiques de ces derniers mois.

Les troupeaux concernés immédiatement vaccinés

"Avec un automne 2017 très très sec qui a craquelé les sols, et un hiver très pluvieux, ça fait remonter les spores à la surface", explique Stéphane Cadorel, de la Direction Départementale de la Protection des Populations. Les troupeaux concernés sont immédiatement vaccinés, et le lait détruit, car dans de très rares cas, l'anthrax est transmissible à l'homme. Une centaine de personnes en contact avec les bêtes a donc suivi un traitement antibiotique. Depuis la mise en place des vaccinations ces derniers jours, plus aucun décès d'animal pour cause de fièvre charbonneuse n'a été recensé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des vaches charolaises (image d\'illustration).
Des vaches charolaises (image d'illustration). (THIERRY CREUX / MAXPPP)