Santé : 44% des produits d'entretien contiennent des substances toxiques, alerte l'UFC-Que Choisir

L’Union fédérale des consommateurs a analysé 244 produits ménagers et la plupart des grandes marques utilisent des composants dont certains "sont suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, des allergisants, ou cancérigènes", selon l'association de consommateurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des subtances toxiques dans les produits ménagers (photo d'illustration). (JEAN-FRANCOIS FREY / MAXPPP)

L'UFC-Que Choisir alerte mardi 8 décembre sur les substances toxiques dans les produits d'entretien, dont les ventes ont explosé pendant la crise sanitaire. L’Union fédérale des consommateurs a analysé 244 références (lessives, adoucissants, nettoyants vitres, meubles, cuisine et WC…) "au regard des risques pour la santé humaine et l’environnement". Quelque 44% des produits analysés contiennent des produits dangereux, selon l'UFC-Que Choisir.

"La plupart des grandes marques, à quelques exceptions, contiennent trop souvent ce type de molécules", explique mardi sur franceinfo Olivier Andrault, spécialiste de la réglementation et chargé de mission à l’UFC-Que Choisir. Certaines d'entre elles commencent à suivre la voie qui a été ouverte par les marques vertes, mais ce n'est pas le plus fréquent".

En revanche, il y a un satisfecit pour les marques vertes, reconnaissables avec la petite fleur verte. Elles ont un cahier des charges avec l'interdiction de toutes ces substances. 

Olivier Andrault, chargé de mission à l’UFC-Que Choisir

à franceinfo

L'association dénonce "l’absence d’une liste exhaustive de tous les ingrédients sur les emballages". "On a un cadre réglementaire européen qui est très laxiste, dénonce Olivier Andrault. Il y a plein de composé qui peuvent rentrer dans la fabrication d'une lessive, jusqu'à une cinquantaine de composants dont certains sont suspectés d'être des perturbateurs endocriniens, des allergisants, ou cancérigènes. Ce sont des parfums, des conservateurs et d'autres agents de surface". "Le fabricant doit mettre quelque part, par exemple sur internet, la composition précise de ses produits, mais c'est incompréhensible pour le commun des mortels, précise le spécialiste de la réglementation. C'est la raison pour laquelle nos experts qui ont des connaissances en chimie sont allés sur les bases de données de l'Agence européenne des produits synthétiques et chimiques et ils ont comparé la formulation de ces produits avec les dangers répertoriés pour chacune de ces molécules. On a 44%  des produits que nous avons examinés qui contiennent au moins une ou plusieurs molécules susceptibles d'être dangereuses".

Adoucissants et blocs WC pointés du doigt

Les produits "les plus problématiques" pour l'association sont les adoucissants, "qui exposent notre peau tout au long de la journée à un cocktail de substances toxiques", et les blocs WC, qui "contribuent à l’émission de polluants dans l’air, et sont particulièrement nocifs pour l’environnement du fait de leurs rejets répétitifs dans les eaux usées". Les nettoyants multiusages sont aussi pointés du doigt. "Pour mieux persuader les consommateurs de l’innocuité de leurs produits, les fabricants multiplient les mentions du type ‘sensitive’ ou ‘écologique’, les images évocatrices de la nature ou encore la mise en avant d’ingrédients traditionnels tels que le savon noir ou le savon de Marseille", avertit l'association

"Face à un cadre réglementaire extrêmement laxiste en termes d’éradication des substances indésirables et d’information, l’association exhorte les pouvoirs publics d’agir pour préserver la santé et l’environnement des consommateurs, et appelle ces derniers à peser sur le marché en privilégiant les produits les plus sûrs", peut-on lire dans le communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement et santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.