Vidéo "Et toi ? Quand est-ce que tu fais un enfant ?" : lassées de la pression sociale, elles témoignent

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
En famille, entre amis, au travail... Passé 30 ans, elles ont toutes été confrontées aux injonctions à la maternité. Brut les a rencontrées.
Brut.
Article rédigé par

En famille, entre amis, au travail... Passé 30 ans, elles ont toutes été confrontées aux injonctions à la maternité. Brut les a rencontrées.

"Est-ce que j'ai le droit de dire : "Je n'ai pas envie de faire d'enfant ?" Faut toujours qu'on te ramène à ce statut de poule pondeuse." Pour Brut, elles racontent la pression sociale qu'elles subissent autour de la maternité.

La pression en famille

"Je viens d'une famille assez traditionnelle où l'âge moyen pour se marier, c'est 23-24 ans, et le premier enfant à 25 ans. Donc c'est vrai que passé le cap des 30 ans, ils se posent des questions ! On sait qu'on est regardée un peu dur, genre : "C'est bizarre", ou "Il y a une case en moins chez elle", ou alors "Elle est instable ou homosexuelle ?"", raconte Camille, 32 ans. Mélanie, 30 ans, se souvient avoir aussi très vite été confrontée à cette question des enfants au sein de sa famille. "C'était souvent les petites phrases : "Alors c'est pour quand ?" "Qu'est-ce qui vous empêche ?" "Tu changeras d'avis !"", confie-t-elle.

La pression entre amis

Fiona Schmidt fustige elle aussi la pression sociale au sein des cercles d'amis. "On me dit : "Ah bon ? Mais tu ne veux pas d'enfant ? Mais je croyais que tu étais hétéro !" Ça, c'est une réflexion qui revient souvent, comme si l'hétérosexualité produisait automatiquement, comme une espèce d'étincelle, le désir d'enfants et donc la production d'enfants. Ce qui n'est pas le cas", développe l'autrice de "Lachez-nous l'utérus : en finir avec la charge maternelle".

La pression en soirée

"La dernière fois, j'étais avec des copines à une soirée, typiquement, et il y avait des gars qui ont commencé à nous demander nos âges. Et là, direct, parce qu'on avait aux alentours de 35 ans, des blagues genre : "Ça y est, les filles, attention, c'est l'âge où elles vont commencer à chercher un père" et se sont sentis potentiellement en danger parce qu'on avait aux alentours de 35 ans", raconte Sophie. Myriam Levain, autrice de "Tu t'y mets quand", pointe le fait que les aspects positifs ne sont jamais mis en avant dans cette volonté de ne pas avoir d'enfant : "Les gens ne se disent jamais que, peut-être, mon confinement a été moins dur que le leur parce que justement je n'avais pas de machine à faire tourner pour toute la famille, trois repas par jour à prévoir."

La pression au travail

Dans la sphère professionnelle aussi, Mélanie raconte avoir ressenti une forme de pression. "Approchant la trentaine, il y avait pas mal de petits sous-entendus, souvent. Même quand j'étais malade, souvent on me disait : "Ah, t'as des petits pieds qui poussent dans le ventre !" Non, pas du tout ! J'ai une gastro !", sourit-elle laquelle conclut en disant simplement : "On fait les choix qu'on veut !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.