Cet article date de plus de trois ans.

Seine-Saint-Denis : escalade de violences dans un lycée de Stains

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Seine-Saint-Denis : escalade de violences dans un lycée de Stains
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Dans le secondaire, la violence gangrène certains établissements. Depuis le mercredi 4 avril, les enseignants d'un lycée de Stains (Seine-Saint-Denis) refusent de faire cours.

Pas de cours pour ces quelques élèves du lycée Maurice Utrillo de Stains (Seine-Saint-Denis). La majorité des professeurs continue d'exercer son droit de retrait. Le 12 mars dernier, un élève a été blessé par un coup de marteau aux abords de l'établissement. Depuis un mois, c'est une escalade de violences entre des bandes rivales et des élèves ne se sentent plus en sécurité. "C'est vrai que beaucoup de personnes ne se sentent pas en sécurité et il y en a qui ne viennent pas en cours à cause de cela", explique une lycéenne.

Une demande de renforts

Mardi 3 avril, un assistant d'éducation s'est retrouvé face à des jeunes brandissant un couteau, puis c'est un lycéen qui est frappé. Au total, trois incidents dans la même journée. "Des individus cagoulés munis de machette, de hachoir, de couteau, d'arme à feu, factices ou non, mais ce n’est pas la question, sont venus de nouveau frapper ou menacer des élèves ou des personnels de l'établissement . Encore une fois, on n'a eu aucune réponse", confie une professeure d'histoire-géographie.

Pour le proviseur, l'Éducation nationale ne peut à elle seule régler les problèmes de violences urbaines autour de son lycée. "L'Éducation nationale a répondu à un certain nombre de demandes des enseignants, mais ces réponses ne sont pas suffisantes au sens où la réponse doit être partenariale", explique Régis Astruc. Le maire de Stains réclame des renforts de policiers et de médiateurs. Les enseignants dénoncent des suppressions de postes de surveillants et de conseillers principaux d'éducation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.