Bronchiolite : la Haute Autorité de santé donne son feu vert au remboursement du Beyfortus, un traitement préventif

Le Beyfortus est le seul médicament, à ce jour, permettant de prévenir l'apparition du virus chez tous les nourrissons, prématurés ou nés à terme. Il pourra être administré dès la rentrée de septembre, sans aucun frais pour les patients.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Consultation d'un nourrisson pour bronchiolite aux urgences pediatriques de l'hôpital Morvan, à Brest. (LIONEL LE SAUX / MAXPPP)

La Haute Autorité de santé (HAS) donne son feu vert au remboursement du Beyfortus, un traitement préventif contre la bronchiolite, selon l'avis de la HAS rendu publié mardi 1er août. Ce traitement, développé par AstraZeneca et Sanofi, pourra être administré dès la rentrée de septembre, sans frais pour les familles, indique la DGS, ni pour les professionnels de santé, précise Sanofi. Le Beyfortus est destiné aux nouveaux-nés et aux bébés. Il est administré sous forme d'injection à dose unique. Il s'agit d'un anticorps que l'on injecte aux nourrissons directement dans la cuisse.

>> Vaccin contre la bronchiolite : ce que l'on sait du Beyfortus développé par Sanofi, après le feu vert de l'Agence européenne des médicaments

Dans son avis favorable, la Haute Autorité de santé évoque un "progrès" dans la lutte contre la bronchiolite. Le Beyfortus est le seul médicament, à ce jour, permettant de prévenir l'apparition du virus chez tous les nourrissons, prématurés ou nés à terme. Selon Sanofi, les essais cliniques ont montré qu’il permettait d’éviter plus de huit hospitalisations sur dix.

Près d'un tiers des nouveaux-nés touchés

Le laboratoire français précise que, pour les enfants à naître pendant la saison épidémique (entre octobre et mars), Beyfortus pourra être prescrit et administré par l’équipe médicale avant le départ de l’établissement. Si cela n'a pas pu se faire en maternité, un rattrapage pourra être fait en ville lors d’une visite pédiatrique. Pour les enfants de moins d’un an nés avant la saison épidémique, le traitement sera disponible en pharmacie sur prescription d’un médecin généraliste ou d'un pédiatre.

La bronchiolite touche chaque hiver près de 30% des nouveaux-nés, soit environ 480 000 cas par an, rappelle la HAS. Par ailleurs, 2 à 3% des nourrissons de moins d’un an sont hospitalisés pour une bronchiolite plus sévère chaque année. La bronchiolite est responsable de moins d'1% des décès dans cette classe d’âge. Le virus se caractérise par un épisode de gêne respiratoire dont les signes sont une toux et une respiration rapide et sifflante. La bronchiolite dure en moyenne dix jours.

Le Beyfortus a déjà été approuvé par les Etats-Unis le mois dernier et par la Commission européenne l'an dernier. Dans une note publiée la semaine dernière, le ministère de la Santé affirmait vouloir autoriser le Beyfortus dès le mois de septembre. Il doit désormais se prononcer sur sa mise en œuvre. "La France sera prête pour cet hiver", selon Sanofi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.