Cet article date de plus de cinq ans.

Emprunts toxiques : les banques taxées pour soutenir les hôpitaux

Le gouvernement vient en aide aux hôpitaux qui avaient contracté des emprunts dits toxiques auprès de la banque suisse Dexia. Marisol Touraine a annoncé 300 millions d'euros d'aides supplémentaires financées par une taxe sur les banques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (La faillite de Dexia a notamment placé des hôpitaux de Marseille en situation difficile © REUTERS | Jean-Paul Pelissier)

 En raison de la flambée du franc suisse sur lesquels ces emprunts sont indexés, les taux d'intérêt de ces emprunts ont flambé ce qui augmente beaucoup les remboursements des prêts.

 

Selon la Fédération hospitalière de France qui regroupe les hôpitaux publics, depuis le 15 janvier dernier, la dette s'est alourdie de 500 millions d'euros pour les hôpitaux qui avaient souscrits des prêts indexés sur le franc suisse.  Face à ce constat, la FHF avait adressé une lettre à François Hollande le 11 février dernier. Message reçu.  

"Ce sont les banques qui sont responsables" (Marisol Touraine)

Marisol Touraine vient d'annoncer une augmentation du fonds de soutien pour venir en aide aux hôpitaux en difficulté et elle a apporté un certain nombre de précisions : 

"Ces trois cents millions d'euros ne seront pas pris sur le budget des hôpitaux mais seraient financés par une taxe sur les banques. Car après tout, ce sont les banques qui sont responsables de cette situation. Ce sont quelques dizaines d'hôpitaux qui sont concernés".  

"Ces trois cents millions d'euros ne seront pas pris sur le budget des hôpitaux mais seraient financés par une taxe sur les banques" (Marisol Touraine) - 0
--'--
--'--

Les hôpitaux bénéficieront de ce soutien pendant dix ans.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.