Tabac : "La hausse permet une prise de conscience à certains, mais pas à la totalité"

Le tabacologue Bertrand Dautzenberg a indiqué, jeudi sur franceinfo, que "toute hausse de plus de 10%" du prix du tabac "a une efficacité avérée", alors que le prix du paquet de cigarettes augmente d'un euro le 1er mars.

Des mégots de cigarettes (illustration).
Des mégots de cigarettes (illustration). (MAXPPP)

Le paquet de cigarette coûte un euro de plus en moyenne depuis jeudi 1er mars. Avec cette augmentation, la ministre de la Santé Agnès Buzyn dit vouloir attendre une prise de conscience chez les fumeurs. Pour le professeur Bertrand Dautzenberg, tabacologue à la Pitié-Salpêtrière (Paris), interrogé jeudi sur franceinfo, cela ne sera pas efficace pour tous.

franceinfo : La hausse du prix du paquet de tabac sert-elle à quelque chose ?

Bertrand Dautzenberg : On n'attend pas avec une hausse de 10% à 15% un effondrement de la consommation de tabac. On attend une baisse de 7% à 8%. On veut décourager les jeunes à commencer et une réaction de ceux qui se posent des questions, si cela vaut la peine de payer si cher. La hausse permet une prise de conscience à certains, mais pas à la totalité.

La hausse n'est-elle pas trop progressive ?

C'est une bonne hausse, toute hausse de plus de 10% a une efficacité avéré. Il y a eu trois hausses de plus de 10% depuis l'an 2000 en France et à chaque fois il y a une diminution de 5% à 8% des ventes de tabac qui étaient parallèles. Une hausse comme celle-là va être efficace sur la consommation de tabac.

Le prix est-il le principal levier contre le tabac ?

C'est un levier qui est constamment efficace. Il y a des études dans la totalité du monde. Aucune étude n'a montré le contraire. C'est un outil efficace, mais ce n'est pas le seul. Il faut aussi aider les gens à s'arrêter, leur faire comprendre que l'industrie du tabac essaie de les harponner et que si le matin leur corps les oblige à fumer c'est parce qu'ils ont été inoculés adolescents par la dépendance tabagique. C'est une maladie dont on ne se remet pas et il faut se faire aider pour arrêter.

Cette hausse est-elle aussi dissuasive pour les fumeurs de longue durée que pour les jeunes ?

Pour les jeunes, depuis le paquet neutre, le tabac est un produit sale, un peu ringard et un produit qui ne fait plus rêver. Avant, l'industrie du tabac avait réussi à faire rêver avec ses grands espaces, à faire croire que le tabac c'était la liberté, la libération de la femme, alors que c'est de l'esclavage.