Cet article date de plus d'un an.

Cinéma : il y a beaucoup trop de tabac dans les films français, selon la Ligue contre le cancer

A quelques jours de la journée sans tabac, la Ligue contre le cancer publie une enquête menée sur plus de 150 films.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Ligue du cancer dénonce l'omniprésence du tabac dans les films, comme ici dans "Villa Amalia" de Benoit Jacquot (2009). (JEROME PREBOIS / AFP)

Trop de cigarettes au cinéma. La Ligue contre le cancer dénonce à nouveau la valorisation du tabagisme dans les films français, en publiant mercredi une enquête sur plus de 150 films, an amont de la journée mondiale sans tabac du lundi 31 mai. "Le tabac demeure quasi omniprésent dans les films français : entre 2015 et 2019, 90,7% comprennent au moins un événement, un objet ou un discours en rapport avec le tabac : personnes en train de fumer, présence de cendriers, cigarettes, personnage qui parle de tabac…" note la Ligue dans cette 3e édition de son enquête menée depuis seize ans avec l'institut Ipsos.

Dans un film, la présence du tabac (2,6 minutes en moyenne) équivaut à "six spots publicitaires". La Ligue constate aussi "une forte augmentation du taux de fumeurs à l'intérieur des lieux de convivialité (cafés, restaurants...)" dans les films, une pratique désormais illégale dans la vie réelle. Ainsi, 21,5% des scènes de tabagisme se situent dans un lieu de travail, au bureau, 16,6% dans un café, restaurant ou discothèque.

La Ligue appelle à "stopper ces pratiques inacceptables"

D'après l'enquête, des films d'animation comme Pourquoi j'ai pas mangé mon père et Le petit prince, ou Mustang (2015) sont indemnes de reproche du point de vue tabagique contrairement à d'autres comme Amis Publics (2016), Les vieux fourneaux (2018), Nous finirons ensemble (2019) ou encore La folle histoire de Max et Léon (2016) qui se passe en 1939 ou J'accuse (2019).

"La Ligue dénonce avec acharnement la valorisation du tabagisme dans les films français depuis plus de 15 ans" souligne son président, le Professeur Axel Kahn, dans un communiqué. Il dénonce les "campagnes aussi agressives qu'insidieuses auprès des plus jeunes" de l'industrie du tabac. La Ligue ne cherche pas à stigmatiser certains films, mais souhaite "aider l'industrie du cinéma (...) à stopper ces pratiques inacceptables", explique-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lutte contre le tabagisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.