Cigarettes : le gouvernement cible le "trafic du quotidien"

Le bilan 2018 des douanes a été présenté lundi. Le phénomène de "petit trafic" de cigarettes, en dehors des grands réseaux de contrebande organisés, a explosé.

Le ministre de l\'Action et des comptes publics Gérald Darmanin, à la présentation du bilan annuel 2018 de la douane française, à Chilly-Mazarin, le 25 février 2019.
Le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin, à la présentation du bilan annuel 2018 de la douane française, à Chilly-Mazarin, le 25 février 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Le gouvernement veut lutter contre le "trafic du quotidien", a affirmé Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics, lundi 25 février, à l'occasion du bilan des douanes 2018. Il y a eu durant l'année plus d'armes et de drogue saisies : +40% pour les armes, soit 1 363 saisies, et près de 100 tonnes de drogue, en hausse de près de 50%, avec une forte hausse pour la cocaïne et le cannabis. Autre hausse importante, les saisies de cigarettes.

Moins de grosses organisations de contrebande, plus de particuliers fraudeurs

Les grands réseaux organisés ne sont plus les seuls visés. Fini le temps où les contrebandiers faisaient passer de fausses cigarettes, avec des paquets contrefaits plus ou moins bien imités. Désormais, ce sont en grande majorité des cigarettes de marque authentiques qui sont saisies. La hausse est de 15%, mais en volume, cela augmente assez peu, parce que les douaniers démantèlent moins de grosses organisations. Ils se concentrent davantage sur les particuliers : les frontaliers qui achètent plus que les quatre cartouches autorisées ou même les vacanciers qui rentrent de voyage hors Europe avec plus d'une cartouche.

Comme on augmente le prix du tabac, la moindre des choses vis-à-vis des buralistes, mais aussi de la protection des consommateurs, c'est de pouvoir faire plus dans la lutte dite contre le trafic dit 'du quotidien'.Gérald Darmaninà franceinfo

Il y avait jusqu'à présent une sorte de tolérance, mais c'est fini, explique Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics : "Le trafic du quotidien, le trafic de fourmi, les gens qui reviennent avec 8, 10, 15 cartouches lorsqu'ils passent une frontière, jusqu'auparavant la douane s'en était occupée, mais pas beaucoup. Nous avons augmenté le montant des amendes, quasiment 200% de plus, il faut continuer dans cette voie."

Une cyberdouane a aussi été mise en place, pour stopper les contrebandiers qui aujourd'hui se servent des réseaux sociaux comme s'ils étaient des plateformes de vente en ligne de cigarettes.