Cancer : le troisième plan dévoilé par François Hollande

Le chef de l'Etat a présenté ce mardi un plan cancer doté de 1,5 milliard d'euros ciblé sur la lutte contre les inégalités dont sont victimes les patients et axé sur la le tabac, la principale cause "évitable" de cancer. Les mesures portent sur les cinq années à venir. Les deux plans précédents avaient déclaré la guerre au tabac en augmentant les prix et renforcé la qualité des soins pour les personnes âgées, les enfants et les malades de cancers rares.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

François Hollande a détaillé ce mardi matin le troisième
plan cancer pour la période 2014-2018. Les mesures reprennent l'axe fort du
premier plan de la période 2003-2007 sur la lutte anti-tabac. Elles concernent
aussi la prévention de la maladie, notamment le dépistage du cancer du col de l'utérus.
La recherche figure aussi parmi les ambitions de ce troisième plan, avec la volonté d'accélérer le nombre d'essais
cliniques contre le cancer.

Le dépistage du cancer du col de l'utérus

Le troisième plan de lutte contre le cancer prévoit d'étendre
à 80 % des femmes le dépistage du cancer du col de l'utérus. Selon la Ligue
contre le cancer, plus de 2.800 nouveaux cas sont recensés chaque année en
 France
et la mortalité affecte 1.000
femmes par an. La Ligue précise que le test de dépistage par frottis est simple,
non douloureux et efficace.

La lutte contre le tabagisme

François Hollande a aussi demandé avant l'été "un programme
national de réduction du tabagisme
" qui sera inscrit dans le troisième
plan cancer. Ce volet demandé à la ministre de la Santé, Marisol Touraine est très attendu par le corps médical et les associations. Ils espèrent des mesures fortes contre le tabac qui fauche 200 personnes tous
les jours en France et tue autant en deux semaines que la route en une année.

Le chef de l'Etat a prévenu que "les hausses de prix du tabac se poursuivraient " et que les nouvelles recettes financeront un fonds pour la recherche, la prévention et la prise en charge du cancer.

Le doublement des essais cliniques

L'un des objectifs du troisième plan cancer vise le
doublement en cinq ans des essais cliniques. François
Hollande souhaite que les essais thérapeutiques concernent tous les cancers, y compris ceux du domaine pédiatrique, et toutes les
régions, en particulier l'outremer. 25.000 patients sont aujourd'hui impliqués
par des essais cliniques. 

Un plan bien accueilli, son application sera surveillée

Le cancer reste la première cause de mortalité en France avec
près de 150.000 décès et 350.000 nouveaux cas chaque année. Plus de la moitié
des patients guérissent mais le nombre de nouveaux diagnostics est en augmentation.
Globalement, la maladie coûte 14 milliards d'euros par an à la société. Un état
des lieux qui rend attentives la communauté médicale et les associations
oeuvrant pour la prévention. Le président de la Fondation ARC pour la recherche
sur le cancer, Jacques Raynaud, se dit satisfait du troisième plan présenté ce mardi matin par
François Hollande, parce qu' il correspond "aux attentes de tous les acteurs ".

 

De son côté, le président de l'Alliance contre le tabac qualifie "d'ambiteux, d'enfin ambiteux " le plan cancer. Yves Bur, à la tête de ce regroupement d'une trentaine d'associations a dit apprécier la façon dont le chef de l'Etat appréhende "le fléau " que représente le tabagisme. Le président de l'Alliance contre le tabac prévient aussi qu'il attend du concret après les annonces, les mesures et les obligations qui accompagneront le troisième plan cancer. Yves Bur a pointé notamment un meilleur respect souhaité de l'interdiction de vente du tabac aux mineurs.

Sur le volet du tabagisme, François Hollande a souligné le danger pour les jeunes. Une campagne de prévention sera notamment lancée avec ces mots: "Fumer à 17 ans, c'est prendre le risque de mourir avant 60 ans ."