Cet article date de plus de deux ans.

Le Canada légalise le cannabis pour couper l'herbe sous le pied des trafiquants

Le Canada est seulement le deuxième pays de la planète à autoriser la marijuana récréative, après l'Uruguay en 2013.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le PDG de l'entreprise Canopy Growth, spécialisée dans la vente de cannabis, sert ses deux premiers clients, le 17 octobre 2018, à Saint-Jean-de-Terre-Neuve (Canada). (CHRIS WATTIE / REUTERS)

Trois ans après son élection, le gouvernement libéral de Justin Trudeau réalise l'un de ses engagements de campagne les plus symboliques. Après quasiment un siècle de prohibition, le Canada est devenu, mercredi 17 octobre, le premier pays du G20 à légaliser le cannabis récréatif. Il rejoint l'Uruguay, premier pays à avoir pris une telle mesure en 2013.

Cette réforme historique était attendue à travers le pays, notamment par les consommateurs de cette drogue douce. Dès minuit locales à Saint-Jean-de-Terre-Neuve, dans l'est du pays, des dizaines de personnes ayant bravé le froid ont acheté les premiers grammes de cannabis "légal" dans une boutique ouverte dès minuit pour l'occasion. "Je suis sur un petit nuage, je n'arrête pas de sourire, a commenté le premier acheteur. Je n'ai pas froid. Il gèle dehors, mais je n'ai pas froid."

Une boutique de la Société québécoise du cannabis, à la veille de son ouverture, le 16 octobre 2018, à Montréal (Canada). (MARTIN OUELLET-DIOTTE / AFP)

Selon Justin Trudeau, la légalisation doit permettre de restreindre l'accès de cette drogue douce aux mineurs et "enlever l'argent des poches des organisations criminelles". Ces dernières "ne vont pas disparaître tranquillement du jour au lendemain", préviennent les autorités. Selon le ministère de la Justice, éradiquer le marché noir prendra au moins quatre ans.

Pendant la campagne, en 2015, Justin Trudeau avait reconnu avoir lui-même fumé quelques joints par le passé, y compris lorsqu'il était député. Mais désormais Premier ministre, il affirme avoir renoncé aux pétards. "Il ne prévoit pas d'acheter ou de consommer du cannabis une fois que ce sera légalisé", a fait savoir son cabinet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.