Cannabis : "Nous sommes contre la légalisation à usage ludique", tranche le gouvernement

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, était interrogée sur le sujet jeudi, après plusieurs appels à légaliser le cannabis.

Des plants de cannabis poussent dans une maison à Esvres (Indre-et-Loire), le 4 janvier 2013.
Des plants de cannabis poussent dans une maison à Esvres (Indre-et-Loire), le 4 janvier 2013. (ALAIN JOCARD / AFP)

La mesure était avancée notamment par le Conseil d'analyse économique dans un rapport tirant les conséquences de "l'échec de la prohibition" dans le pays. En réaction, le gouvernement français a exclu jeudi 20 juin toute légalisation du cannabis à usage récréatif. "La position du gouvernement est claire : nous sommes contre la légalisation à usage ludique", a balayé la ministre des Transports, Elisabeth Borne, sur LCI, renvoyant à la réflexion en cours sur le seul usage thérapeutique.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s'est montrée dans le passé plutôt ouverte à la possibilité d'autoriser "cette molécule qui peut être intéressante dans le traitement de certaines douleurs", mais uniquement à des fins médicales. Favorable elle aussi à une licence thérapeutique, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a publié mercredi un projet d'expérimentation, qui pourrait devenir réalité si le gouvernement donne son aval.

Une cinquantaine de médecins et personnalités politiques, telles que l'eurodéputé Raphaël Glucksmann, l'ex-ministre de la Santé Bernard Kouchner et le député Pierre Person (LREM), proposent d'aller plus loin et de légaliser complètement le cannabis afin de sortir d'une "impasse", comme ils l'écrivent dans une tribune publiée jeudi dans L'Obs.