Cannabis au volant : "Les conducteurs ne sentent pas les effets alors qu'il y a des effets puisqu'il y a des accidents mortels"

Une nouvelle campagne pour lutter contre le cannabis au volant est lancée dimanche 24 octobre. Les contrôles s'intensifient sur les routes.

Article rédigé par
Dimitri Morgado - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un test salivaire de depistage de drogue réalisé par des gendarmes. Photo d'illustration. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

La sécurité routière lance officiellement dimanche 24 octobre une nouvelle campagne de prévention contre le cannabis au volant. En 2019, 731 personnes ont été tuées en France dans un accident impliquant un conducteur positif aux stupéfiants. Cette nouvelle campagne prend la forme d'un petit film de 35 secondes diffusé notamment à la télévision.

De la prévention qui va aussi s'accompagner de contrôles routiers qui seront de plus en plus nombreux. Ils ont commencé vendredi 22 octobre à Avrainville dans l'Essonne. A chaque voiture arrêtée, les gendarmes procèdent à différentes vérifications, "le permis de conduire, la carte grise, l'assurance, l'imprégnation alcoolique et les stupéfiants, si nécessaire", explique un agent. Pour Déborah, ce dernier contrôle ne sera pas nécessaire. "Non, je ne consomme pas de stupéfiant. Je suis infirmière et je connais trop les méfaits de tout ça", assure-t-elle.

Des gendarmes procèdent à des contrôles routiers, le 22 octobre 2021 en Essonne, dans le cadre d'une campagne de prévention de lutte contre le cannabis au volant. (DIMITRI MORGADO / RADIO FRANCE)

Pour tester les automobilistes, un appareil spécifique est utilisé. "On met un embout dans la bouche de l'individu. Ensuite il réagit avec des cristaux qui sont à l'intérieur et on peut ainsi voir quel stupéfiant la personne a, ou non, consommé", détaille un gendarme. Kévin en a fait l'expérience. Au bout de trois minutes le verdict tombe, il est positif. Son véhicule est immobilisé et son permis confisqué. Un coup dur pour ce chauffeur routier. "C'est un peu de l'injustice. Moi je suis consommateur depuis que j'ai 14 ans, je n'ai pas choisi ma jeunesse, je suis tombé dedans, c'est une connerie, déplore-t-il. J'ai 30 ans, cela fait plus de 15 ans que je suis consommateur. J'ai une addiction à ça. Je ne sais pas comment faire pour m'en sortir, je leur ai dit. Ça devait arriver un jour."

"Un accident mortel sur cinq est provoqué parce que le conducteur a consommé des stupéfiants."

Commandant Faure, chef de l'escadron Sécurité routière de l'Essonne

à franceinfo

En deux heures de contrôles, deux autres conducteurs sont testés positifs. Ces opérations sont essentielles, soutient le commandant Faure, chef de l'escadron Sécurité routière de l'Essonne. "Les gens pensent que prendre du cannabis c'est tout à faire normal, qu'ils n'ont aucun risque. Ils ne sentent pas les effets alors qu'il y a des effets puisqu'il y a des accidents mortels", prévient-ilLes contrôles vont s'intensifier dans tout le pays. Dans le département de l'Essonne par exemple, des opérations ciblées sont déjà prévues dans les prochains jours.

Reportage de Dimitri Morgado sur un contrôle routier de lutte contre le cannabis.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cannabis

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.