Bonbons au goût d'alcool : des médecins s'alarment

Les médecins tirent la sonnette d'alarme. En cause : la commercialisation de certains produits alimentaires au goût d'alcool. Bonbons saveur mojito, yaourt à la piña colada où glaces parfum caïpirinha, un très mauvais signal envoyé aux jeunes consommateurs.

FRANCE 2

Glace parfum piña colada, soda goût mojito, bonbon façons spritz : c'est le succès des vacances. Faire comme les parents, l'alcool en moins, les enfants adorent. Mais y a-t-il un risque à banaliser le goût de l'alcool dès le plus jeune âge ? Les parents sont partagés. "Du moment que les bonbons sont sans alcool, pour moi il n'y a pas de mal. Maintenant si l'objectif des marques est d'inciter les gens à boire de l'alcool plus tard, là, ça me pose un problème", témoigne un père de famille.

Sucer des bonbons au goût d'alcool ne serait pas anodin

Les médecins tirent la sonnette d'alarme. Permettre aux enfants d'accéder au goût de l'alcool, c’est leur donner une autorisation pour plus tard. Ce que l'on a aimé petit laisse des traces quand on devient adulte. Pour l'addictologue Amine Benyamina, sucer des bonbons au goût d'alcool ne serait pas anodin. "Ce qui est terrible, c'est qu'on cible les jeunes et on banalise le message de nocivité de l'alcool. Et on promet qu'en éduquant le goût, 'un jour tu pourras prendre une piña colada ou un mojito'", explique le spécialiste.

Le JT
Les autres sujets du JT
D\'après l\'association Agir pour l\'environnement plus de 100 sortes de confiseries contiendraient des nanoparticules. Notamment du dioxyde de titane.
D'après l'association Agir pour l'environnement plus de 100 sortes de confiseries contiendraient des nanoparticules. Notamment du dioxyde de titane. (MAXPPP)