Déserts médicaux : dans la Creuse, un cabinet solidaire pour soigner les habitants

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Face au manque de médecins dans la Creuse, un cabinet médical solidaire s'est installé dans la petite commune d'Ajain. Des médecins volontaires s'y succèdent chaque semaine, mais aucun n'a encore souhaité s'installer durablement.
Déserts médicaux : dans la Creuse, un cabinet solidaire pour soigner les habitants Face au manque de médecins dans la Creuse, un cabinet médical solidaire s'est installé dans la petite commune d'Ajain. Des médecins volontaires s'y succèdent chaque semaine, mais aucun n'a encore souhaité s'installer durablement. (France 2)
Article rédigé par France 2 - J. Poissonnier, G. Marque, Y. Kadouch
France Télévisions
France 2
Face au manque de médecins dans la Creuse, un cabinet médical solidaire s'est installé dans la petite commune d'Ajain. Des médecins volontaires s'y succèdent chaque semaine, mais aucun n'a encore souhaité s'installer durablement.

Entre 2020 et 2022, aucun médecin n'était disponible pour soigner les 1 600 habitants d'Ajain (Creuse). Depuis un an et demi, chaque semaine, un médecin différent s'installe dans le cabinet médical qui y a ouvert. Claude Elias compte parmi les patients et ne se plaint pas de ces changements de médecin. "Ce n'est pas moi qui m'adapte, c'est le médecin qui est obligé de s'adapter à moi", explique-t-il.

Pas de médecin volontaire pour s'installer définitivement

Ces médecins volontaires sont payés 800 euros la semaine par une association, et viennent de toute la France. "Heureusement qu'ils viennent", se félicite une mère de famille, dont les enfants n'ont plus pu être suivis par leur ancien médecin traitant, parti à la retraite. Il reste peu de médecins autour de Guéret (Creuse). Le cabinet est saturé d'appels. Si le dispositif devait encourager un médecin à s'installer définitivement, aucun ne s'est encore proposé. "Venir travailler une semaine, comme ça, de temps en temps (...), pour les jeunes, ça va, ils donnent un coup de main. Mais venir s'installer ici 30 ans, avec femme et enfants" est difficile, estime Gérard Van Melckebeke, médecin volontaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.