Causes de mortalité : les statistiques nous trompent

Une étude de l’Institut National d'Etudes Démographiques (INED) montre qu’un biais s’immisce dans l’évaluation de la mortalité due à chaque maladie, les statistiques ne se basant que sur la cause directe du décès. Elles sous-estiment les causes associées, pourtant inscrites sur le certificat de décès par le médecin.

Quelle est la cause de la mort ? Une étude de l’INED, publiée dans son bulletin Population et sociétés ce 15 juin 2016,  montre que la question à se poser en cas de décès est plutôt : quelles sont les causes de la mort ? D’après leurs calculs, les Français ne meurent pas d’une, mais de 2,4 causes différentes en moyenne.

En effet, le décès est souvent imputable à une conjonction ou une succession de maladies. Ainsi, un patient atteint d'un diabète qui développe un cancer est plus difficilement traitable et moins résistant qu'une personne qui n'a pas de pathologie chronique associée. Le diabète devrait logiquement être pris en compte dans les statistiques comme une cause de mortalité, mais les auteurs de l’étude relèvent que ce n’est pas le cas.

Plusieurs causes associées au décès

Pourtant, au moment du décès le médecin inscrit bien les différentes causes de la mort : la cause directe et les causes associées. Par exemple, si un patient atteint d'une leucémie meurt d'une septicémie (infection généralisée passée dans le sang), le médecin doit indiquer leucémie en tant que cause initiale du décès, mais doit également préciser que le traitement de cette pathologie a conduit à une baisse des défenses immunitaires qui a entrainé une infection généralisée. Il est aussi tenu de noter si le patient était atteint d’autres pathologies comme une hypertension ou un diabète

Les auteurs de cette étude ont réalisé de nouvelles statistiques en englobant toutes les causes associées indiquées sur les certificats médicaux de l’année 2011. D’après leurs calculs, les Français mourraient de 2,4 causes en moyenne.

Une sous-estimation dommageable pour la prévention

Leurs résultats suggèrent que la contribution des maladies du sang à la mortalité est fortement sous-estimée lorsque leur seule implication en tant que cause initiale est prise en compte. Il en va de même pour les maladies comme le diabète et l'obésité fragilisant les patients atteints d’autres maladies.  En revanche, il y a peu de différence pour les maladies cardiovasculaires et les tumeurs, deux premières causes de mortalité en France.

Les auteurs de l’étude insistent sur l'intérêt d'inclure les causes de décès associées dans les statistiques afin de mieux évaluer les causes de mortalité et de mieux orienter les politiques de santé en matière de prévention.