Congés : élargir les dons pour aider un conjoint malade ?

C'est l'histoire d'une femme malade qui se bat contre une leucémie et contre la loi sur la cession des jours de repos. Son mari s'est vu donner des jours de congés par ses collègues, mais il ne peut pas les utiliser.

FRANCE 2

Chaque matin, le même rituel. C'est petit-déjeuner en famille avec ses quatre enfants. Un moment que cette maman savoure. Elle sait depuis peu qu'elle souffre d'une leucémie aiguë, un cancer du sang. Dans quelques heures, elle repartira à l'hôpital où elle doit être soignée. La leucémie a bouleversé sa vie. Pendant un an, elle va subir un traitement très lourd, quitter sa famille. "Je serai hospitalisée quatre semaines à une cinquantaine de kilomètres de la maison, en chambre stérile sans contact avec qui que ce soit. Mes enfants me voient à travers une vitre. Ils me parlent à travers un combiné de téléphone", explique-t-elle. Cette conseillère pénitentiaire a dû renoncer à travailler. Son mari, policier, est en arrêt maladie.

Des collègues ont donné entre un et cinq  jours de congés

Une solution provisoire. "Il faut absolument que je puisse rester auprès de mes enfants pour organiser cette maison, pouvoir rendre visite à mon épouse à l'hôpital", précise-t-il. Elle a lancé un appel à l'aide aux collègues policiers de son mari. Sur internet, épaulée par des amis, elle leur demande de donner quelques jours de congé. Et ça marche. "Certains veulent donner entre un et cinq jours. La famille police tout entière et mobilisée", indique-t-elle. Mais la loi ne permet pas le don de congés pour s'occuper d'un conjoint malade. La famille espère que la hiérarchie policière fera une exception. Pour faire face à cette leucémie, le couple et ses quatre enfants ont besoin de ce temps qui leur manque.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les accidents vasculaires cérébraux font plus de 30 000 morts par an en France, selon une étude publiée mardi 21 février 2017 dans le \"Bulletin épidémiologique hebdomadaire\" de l\'agence Santé publique France.
Les accidents vasculaires cérébraux font plus de 30 000 morts par an en France, selon une étude publiée mardi 21 février 2017 dans le "Bulletin épidémiologique hebdomadaire" de l'agence Santé publique France. (MAXPPP)